Votations

Les initiants de «No Billag» restent aux aguets

Les jeunes libéraux à l’origine du texte rejeté dans les urnes expliquent leur échec par la peur du changement. La suite est entre les mains de la SSR et du parlement, dont ils comptent observer les prochains mouvements

La peur du changement: voilà comment les initiants de «No Billag» s’expliquent la claque reçue dimanche dans les urnes, avec 72% de non à leur initiative. La surprise n’est pas totale, les derniers sondages avaient annoncé la couleur. Mais les auteurs du texte visant la suppression de la redevance pour la radio et la TV, galvanisés au début de leur campagne par des sondages prometteurs, avaient espéré un résultat plus serré.

«Les Suisses ont cédé aux peurs agitées par le camp adverse, ils ont dit non à l’incertitude, mais ils ne sont pas satisfaits! Le débat ne fait que commencer. On n’a toujours pas défini ce qu’est le service public», réagit l’entrepreneur zougois Andreas Kleeb, l’une des figures de la campagne «No Billag».

Lire aussi: La nouvelle SSR, en mode «réforme permanente»

«La pression populaire va revenir»

Désormais, ils avertissent: «Ce refus ne doit pas conduire à une sanctuarisation de la redevance! Ce n’est pas un plébiscite du statu quo. Nous avons eu droit à de nombreuses promesses, et nous veillerons à ce qu’elles soient appliquées, et le plus rapidement possible. Si rien ne se passe, la pression populaire va revenir. Et nous serons là pour un nouveau combat», déclare Nicolas Jutzet, président de la campagne «No Billag» en Suisse romande.

Ce refus sans appel n’est-il pas le signe qu’ils ont péché par excès? «Notre proposition n’était pas trop radicale, mais trop ambitieuse, rétorque le Neuchâtelois. Nous proposions un saut dans le vide. Dans le doute, la population suisse a tendance à se montrer prudente, elle préfère le compromis.» Aux yeux du président des Jeunes PLR neuchâtelois, ce résultat indique que les Suisses «préfèrent placer les réformes entre les mains du parlement et de la SSR, plutôt que de laisser faire le marché libre».

«Le début d’un mouvement libéral»

Les initiant n’admettent pas non plus avoir échoué à présenter une alternative crédible à la redevance. «Dans une économie planifiée, il y a évidemment toujours un plan clair. Dans un marché vraiment libre, c’est impossible de totalement anticiper l’avenir. Un plan n’est qu’une possibilité parmi d’autres. C’est aux individus de décider», rétorque Florian Maier, jeune PLR zurichois, secrétaire général du comité «No Billag».

Lire également notre éditorial: Et maintenant, un projet pour la place médiatique suisse

Les initiants ne s’avouent pas vaincus et se raccrochent à l’idée d’avoir «brisé un tabou» et engagé un débat sur les réformes au sein de la SSR, dont les conséquences se font d’ores et déjà sentir. A commencer par la concession de Doris Leuthard au début de la campagne, avec une redevance qui passera de 450 à 365 francs dès 2019. Et l’annonce de Gilles marchand, qui s’est engagé à mener des réformes et un plan d’économies de 100 millions de francs.

Lire aussi: La SSR annonce un plan d'économie de plusieurs dizaines de millions de francs

Exemption de la redevance pour les entreprises

Les jeunes adversaires de la redevance s’en remettent désormais au parlement et comptent poursuivre leur combat d’influence en coulisses. «Cette initiative n’est que le début d’un mouvement de fond pour contrer les tendances étatiques. Les forces libérales s’érodent depuis vingt ans. Si cela continue, notre pays ressemblera bientôt à la France, avec un Etat omniprésent et une économie à terre», ajoute Florian Maier.

Parmi les propositions de réformes qui ont émergé pendant la campagne, celles de l’UDC et du PLR ont les faveurs des libéraux à l’origine de «No Billag». Les deux partis défendent une exemption de la redevance pour les entreprises et le maintien d’une interdiction de la publicité en ligne. L’UDC a aussi déposé une initiative parlementaire pour une redevance à 300 francs.

Eux qui voulaient supprimer toute forme de financement public des médias, ils redoutent de voir le mouvement inverse se produire: «On entend déjà des propositions pour subventionner davantage l’ensemble des médias. Tout sauf cela! Ce serait un affaiblissement de l’indépendance de la presse», dit la représentante genevoise de «No Billag», Louise Morand.

Publicité