Commentaire

Initiative sur les couples: le PDC ne sortira pas humilié

La proposition demandant l'égalité fiscale pour les couples mariés est sur le ballant. Quel que soit le résultat final, les démocrates-chrétiens n'auront pas pris une claque. Les discussions sur l'égalité fiscale des couples mariés et le mariage pour tous vont se poursuivre: elles méritent des discussions spécifiques

Alors que les résultats paraissent joués sur les autres objets, le sort de l’initiative du PDC «Pour l’égalité fiscale du mariage» offre encore un fort suspens. Les projections donnent un résultat à 50-50, avec une très légère avance du «oui». Pour l’instant, une majorité favorable l’a emporté dans plusieurs cantons catholiques, dont Fribourg et le Jura. En revanche, Zurich a clairement dit «non».

Qu’il perde ou qu’il gagne, le PDC pourra souffler. Ce dimanche, il ne revivra pas l’humiliation subie le 8 mars 2015, lorsque son initiative sur la défiscalisation des allocations familiales avait été refusée sèchement par 75,4% des voix. A l’époque, tous les cantons l’avaient rejetée, y compris les bastions traditionnels du parti; dès le début de l’après-midi, il était clair que le parti allait à la défaite.

Ces deux textes visant des allégements de la fiscalité des familles avaient été lancés de concert en 2011, année d’élections fédérales.

Le mariage pour tous mérite un débat

Quel que soit le résultat aussi, les deux débats que posent l’initiative «Pour l’égalité fiscale du mariage» vont se poursuivre en Suisse. La question fiscale d’abord, puisque tous les bords politiques s’accordent à dire que l’inégalité fiscale qui frappe les couples mariés n’est plus tenable; cette inégalité a d’ailleurs été reconnue par le Tribunal fédéral il y a plus de 30 ans. Le parlement va devoir rouvrir le dossier et trouver une solution.

Le débat sur le mariage pour les couples homosexuels ensuite. Si l’initiative était finalement rejetée, ce serait sans doute parce que la phrase définissant le mariage «comme l’union d’un homme et d’une femme» a été introduite dans son texte, jetant le doute sur ses intentions réelles. Un résultat serré montrera le clivage profond de l’opinion sur ce thème: caricaturalement résumé, il oppose conservateurs et progressistes, catholiques et protestants ou non croyants, régions urbaines et zone rurales.

Indéniablement, la question du mariage pour tous mérite une discussion en soi, portée par des propositions parlementaires et des débats publics. Elle ne peut se régler au détour d’une initiative portant sur un tout autre sujet.

Lire notre suivi de ce dimanche de votations.

Publicité