Les deux initiatives anti-pesticides ont perdu du soutien, le «oui» se situant pour l'heure un peu en-dessous de 50%. Le oui à la loi sur le CO2 recule aussi, mais reste majoritaire. Les lois Covid et contre le terrorisme restent plébiscitées par deux tiers des sondés.

Comme lors du premier sondage il y a deux semaines, les initiatives anti-pesticides et la loi sur le CO2 divisent l'électorat en deux camps bien distincts, montre la nouvelle enquête 20 Minutes/Tamedia, réalisée cinq semaines avant les votations du 13 juin et diffusée mercredi.

Lire notre reportage: Dans les bottes d'un paysan

Les électeurs de l'UDC et du PLR restent clairement opposés à ces textes en faveur de l'environnement. A l'inverse, l'approbation des sympathisants des Verts, du PS et des Vert'libéraux est très élevée. Avec cette nette polarisation, la mobilisation dans les deux camps et le comportement de vote au centre seront décisifs.

Verts et citadins en pointe

Le soutien à l'initiative pour une eau potable propre a diminué de six points de pourcentage par rapport au premier sondage. 48% des personnes interrogées approuvent désormais la proposition, alors que 50% la rejetteraient.

Les électeurs de gauche et des Vert'libéraux sont en faveur de l'initiative, tandis que les électeurs de l'UDC, du PLR et du Centre y sont opposés. Comme prévu, le soutien est le plus fort chez les Verts, de même que chez les citadins, qui sont 62% à l'approuver. Comme lors du premier sondage, il est clair que la proposition a particulièrement du mal à passer auprès des jeunes. Ainsi, seuls 30% des 18-34 ans l'approuvent, contre 51% des plus de 65 ans.

L'argument le plus convaincant pour les partisans est que plus d'un million de personnes en Suisse consomment une eau contaminée par des pesticides issus de l'agriculture. Le rejet des opposants repose notamment sur l'idée que l'initiative affaiblirait l'agriculture car elle pourrait produire moins de nourriture.

Camps à égalité pour l'autre initiative

L'approbation à l'initiative «pour une Suisse sans pesticides de synthèse» est également en baisse. Cinq semaines avant la votation, 49% sont favorables au projet et 49% y sont opposés, 2% ne s'exprimant pas. S'agissant des lignes de conflit entre les votants, le schéma est pratiquement le même que pour l'initiative sur l'eau potable. Il est semblable au niveau des partis. L'initiative est également soutenue plus fortement en ville et avec l'augmentation de l'âge.

Lire également l'opinion: Interdire les pesticides favoriserait le réchauffement climatique

Les partisans sont particulièrement convaincus par l'argument des scientifiques selon lesquels les pesticides sont un danger pour la santé, un lien existant entre ces produits et certains types de cancer ainsi qu'une baisse de la fertilité. Les opposants estiment que l'initiative constitue une menace pour la sécurité de l'approvisionnement et entraînera une hausse des prix des denrées alimentaires en compliquant la production et les importations.

Courte majorité pour la loi sur le CO2

La loi sur le CO2 a également perdu des soutiens, mais reste approuvée par une très courte majorité: 50% des sondés sont pour, 46% contre, 4% ne déclarant pas leurs intentions de vote. Comme pour les deux initiatives agricoles, ce projet de loi divise partisans et opposants en camps bien définis. Les sympathisants de l'UDC et du PLR y sont opposés, l'électorat centriste est divisé en deux camps de taille égale, alors que les électeurs des Verts, du PS et des Vert'libéraux sont très clairement favorables au texte.

Comme pour les initiatives anti-pesticides, la mobilisation dans les deux camps et le comportement de vote au centre seront décisifs. Le clivage est aussi clair entre villes et campagnes, les citadins étant en faveur de la loi et les ruraux y étant opposés (61% contre 42% de oui). Pour ses partisans, la loi a un effet incitatif qui récompense les comportements respectueux du climat, les personnes émettant plus de CO2 payant plus. Les opposants estiment eux que le problème du climat ne se résoudra pas par des taxes, mais uniquement par l'innovation.