La Fondation Franz Weber salue la «définition générale raisonnable» de la notion de résidence secondaire adoptée dans le projet d’ordonnance fédérale, mis en consultation. En revanche, elle déplore les possibilités offertes par le texte de réaliser de nouvelles constructions dans les communes concernées.

Elle estime encore que la règle générale selon laquelle toutes les résidences existant avant le 11 mars, date de la votation, ne seraient pas soumises à l’ordonnance comporte des dangers. La réaffectation d’une résidence principale existante en résidence secondaire ne devrait être admise qu’en cas de force majeure ou d’héritage.

La Fondation Weber déplore également que la notion de résidence secondaire affectée à l’hébergement touristique commercial (lits chauds) - qui permettrait la construction de nouvelles résidences secondaires dans les communes ayant dépassé le quota de 20% - soit «trop vague pour éviter les abus».

Le groupe de travail créé sous l’égide de l’Office fédéral du développement territorial ambitionne de régler les questions en suspens autant que possible avant les vacances d’été.