Il n’arrive même plus à dire combien de fois son village a été frappé par les orages ces dernières semaines. «Peut-être sept ou huit», hésite Stéphane Babey, le maire d’Alle, à deux pas de Porrentruy. En fait, la commune ajoulote a été victime d’inondations à six reprises depuis le 3 juin. Lundi soir, à 19h, celle-ci s’est de nouveau retrouvée sous un déluge, avec son lot de rues et de caves submergées, de routes coupées. «A 22h, nous étions à la limite de la rupture. Puis, heureusement, la situation s’est stabilisée durant la nuit», raconte encore l’élu, pour qui de telles intempéries sont «historiques dans la durée».

«Nous en sommes à trois semaines d’engagements à répétition», confirme Damien Scheder, chef de la protection de la population du canton du Jura. Jeudi dernier, c’étaient ainsi plusieurs villages de la vallée de Delémont qui étaient sous l’eau. Ses propos évoquent la fatigue, la lassitude. «Des systèmes de relève ont dû être mis en place pour permettre aux pompiers de se reposer. Ce sont pour la plupart des miliciens, qui travaillent la journée.»

Lire aussi:  Intempéries: le rôle bien encadré de l’armée

Vaud: appel à la prudence

Et ce n’est pas fini. Des précipitations sont encore attendues cette semaine. Le niveau des rivières jurassiennes, notamment le Doubs, est sous étroite surveillance. Mais si le Jura a été particulièrement touché en ce début de semaine, la situation est également critique ailleurs en Suisse romande. Cet après-midi, le canton de Vaud a émis une alerte à la prudence, en particulier pour les régions du Chablais, de la Riviera et du Pays d’Enhaut. Les autorités déconseillent «fortement» de se rendre en forêt ou le long des cours d’eau. Elles mettent également en garde les automobilistes, des gravats ou des coulées de boue pouvant obstruer les routes. Un poste de commandement a été ouvert.

Lire l'article lié: Les orages à Zurich: «Dix fois plus effrayants que les tremblements de terre en Nouvelle-Zélande»

Plus tôt dans la matinée, c’est le Valais qui actionnait son alerte intempéries, suite notamment à la montée du niveau du Rhône. «Nous avons demandé aux différents états-majors communaux et régionaux de conduite de se tenir prêts, résume le géologue cantonal Raphaël Mayoraz. Nous avons également accru l’observation des cours d’eau.» Le Valaisan se déclare «raisonnablement préoccupé»: «La semaine passée, il y a eu de violentes précipitations, alors que le sol est encore saturé par les eaux de fonte. Il n’a plus de capacité d’absorption.» Pour ce spécialiste des dangers naturels, il faut s’attendre à des débordements de torrents et à des glissements de terrain.

Cours d’eau sous surveillance

Du côté de Fribourg, on invite également la population à la plus grande prudence. Le canton a enregistré 170 demandes d'intervention. «Une structure de coordination des moyens sur le terrain est prête à être déclenchée, assure Martial Pugin, chef du secteur communication et prévention de la police cantonale. Des rapports de situation sont effectués très régulièrement.» Dans le canton de Vaud, ce sont 175 interventions – souvent de longue durée – qui ont été comptabilisées par l’Etablissement cantonal d’assurance (ECA). Dans le Chablais et la Broye, les cours d’eau sont dorénavant sous surveillance. Dans différents endroits, pompiers et protection civile mettent en place des mesures préventives contre d’éventuels débordements.

Voir aussi: Intempéries: la faute au réchauffement climatique?

Pour Philippe Hohl, chef de la division eau à la Direction générale de l’environnement de l’Etat de Vaud, «la succession d’orages de ces derniers temps est exceptionnelle». «En juillet, il n’est pas inhabituel d’avoir de violents orages qui, potentiellement, peuvent transformer un petit cours d’eau en torrent dévastateur. Mais cette année, il y en a tellement eu que, comme les longues pluies d’automne, ils ont fait monter inexorablement le débit des fleuves, puis des lacs.» L’autre aspect qui interpelle Philippe Hohl, c’est le fait que ces fortes précipitations ne sont pas circonscrites à une région mais concernent l’ensemble du pays.

«La situation en Suisse est tendue, prévient en effet Carlo Scapozza, chef de la division hydrologie de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) à Berne. Les quantités importantes de précipitations qui tomberont jusqu’à demain gonfleront les cours d’eau fortement dans le nord des Alpes. Par conséquent, les niveaux des lacs continueront de monter.» Il pointe en particulier les lacs de Thoune, des Quatre-Cantons et de Zurich, qui présentent un danger de crues fort (de niveau 4 sur 5).

Monitoring effectué par la Confédération

Du côté des fleuves et rivières, le Rhône, l’Aar, la Broye, la Reuss et le Rhin sont les plus à risque, avec un danger marqué de niveau 3. Carlo Scapozza relève que les hydrologues de l’OFEV surveillent la situation constamment. «Il faudra cependant s’attendre à des débordements de cours d’eau et de lacs ainsi qu’à des inondations. Les bâtiments et les infrastructures pourront être touchés.» L’inquiétude monte, car le beau temps se fait attendre et des précipitations, qui pourraient être abondantes dans certaines régions, ont été annoncées pour ce jeudi.


Les conséquences des intempéries en images: