Ticket PLR

Isabelle Moret: «Trois candidats, ce n’est au final pas tant que ça»

Les délibérations ont été longues mais le suspens a désormais pris fin: les 3 candidats demeurent en course. Isabelle Moret se livre en trois questions à la sortie de la conférence de presse

Isabelle Moret l’assurait avant la fin des délibérations du PLR: «Je ne suis pas du tout tendue.» Son soulagement était cependant clairement perceptible lors de l’annonce du verdict. A l’issue d’une journée marathon, nous lui avons posé quelques questions dans l’étuve de la salle de presse du Beau Rivage Palace de Neuchâtel:

Le Temps: Madame Moret, vous êtes celle qui a passé le moins de temps des trois candidats en audition, quelles questions vous y a-t-on posé?

Isabelle Moret: J’ai été questionnée sur un certain nombre de choses différentes, comme vous pouvez vous y attendre. Je peux vous dire que j’ai par exemple eu droit à la traditionnelle question en anglais. J’ai pu démontrer jusqu’ici que je suis à l’aise en français, italien et allemand – avec une préférence notoire pour le dialecte que tout le monde connaît. Cependant personne ne m’avait encore interrogé sur mon niveau d’anglais. Ça a été l’occasion de prouver que je maîtrise également bien cette langue-là.

- On pensait tout d’abord qu’il n’y aurait que deux candidats, puis ce fut trois: comment avez-vous vécu l’émergence du prétendant Maudet?

- Je l’ai tout à fait bien vécu. J’ai été vice-présidente du parti et je siège depuis 11 ans au Parlement. J’ai donc déjà pu observer des tickets autrement plus larges. Trois candidats, ce n’est au final pas tant que ça. C’est une bonne chose que le parti contienne autant de diversité et d’horizons différents et je salue le large choix qui est donné à l’assemblée fédérale pour décider qui de nous trois représentera au mieux les intérêts du parti au Conseil fédéral.

- Maintenant qu’une nouvelle course est lancée, et puisque cet aspect vous différencie clairement de vos deux concurrents, allez-vous revendiquer plus clairement l’argument femme?

- Au PLR, nous regardons avant tout aux compétences et aux qualités de chacun. Ceci quel que soit le genre du candidat. Dans ce cadre, je pense que j’ai déjà pu démontrer mes capacités d’adaptation, de travail ainsi que mon dynamisme.

Il va cependant sans dire que Madame Leuthard a annoncé son départ prochain du Conseil fédéral, ce qui aurait pour conséquence, dans le cas de l’élection d’un candidat masculin, de ne laisser qu’une seule femme au gouvernement. Il est souhaitable que des femmes figurent au sommet de la hiérarchie fédérale suisse, ceci entre autre pour montrer aux jeunes filles qu’il est possible d’atteindre ce type de fonction pour elle également.

Lire aussi:

Publicité