La ministre de l'Intérieur, Ruth Dreifuss, et la chancelière de la Confédération, Annemarie Huber-Holtz, s'opposent à la cheffe du Département de justice et police, Ruth Metzler, sur la question de l'avortement. Dans deux co-rapports – l'un rédigé à en-tête du Département de l'intérieur (DFI), l'autre à celle de la Chancellerie fédérale –, elles invitent le Conseil fédéral à ne pas soumettre en même temps au peuple, d'une part le régime dit du délai, élaboré par le parlement, de l'autre, l'initiative «Pour la mère et l'enfant», qui demande l'interdiction de l'interruption volontaire de grossesse (IVG).

Le gouvernement doit précisément se prononcer ce mercredi sur les deux objets en tant que tels et sur la date à laquelle ils seront soumis en votation. Dans son co-rapport daté du 28 août, le DFI de Ruth Dreifuss propose en outre que le Conseil fédéral «se prononce clairement et sans ambiguïté» contre l'initiative «Pour la mère et l'enfant» et pour la révision du Code pénal introduisant le régime du délai. Ruth Dreifuss estime qu'«en acceptant le délai de 12 semaines (pendant lequel un avortement est légal), en introduisant la notion de «Notlage» (situation de détresse) et en exigeant une information des femmes demandant l'interruption de grossesse, le parlement s'est de surcroît rapproché de la position défendue par le Conseil fédéral. La population suisse ne comprendrait dès lors pas que le gouvernement ne soutienne pas la position du législatif.»

Samuel Schmid en arbitre

La ministre de l'Intérieur, comme la chancelière fédérale dans son co-rapport, prie ensuite le gouvernement de ne pas organiser le même jour une votation sur les deux objets. «A l'évidence, écrit-elle, il n'y a pas, dans le cas présent, d'unité de matière et la révision du Code pénal ne peut en aucun cas être considérée comme un contre-projet indirect à l'initiative susmentionnée. Dès lors, une votation concomitante est contraire à la tradition politique suisse.» Ruth Dreifuss propose que le peuple vote d'abord sur le régime du délai. Ruth Metzler, au contraire, veut faire coïncider les votes sur le régime du délai et l'initiative «Pour la mère et l'enfant». Elle ne tient pas, fait-on savoir, à ce que le thème de l'avortement donne lieu à deux campagnes successives, qui seraient «forcément douloureuses». On peut penser que Ruth Metzler souhaite profiter d'une vague anti-avortement pour faire échouer le régime du délai, combattu par son parti, le PDC. Ruth Dreifuss et Annemarie Huber-Holtz estiment que la coïncidence des deux votes enflerait davantage les passions. Le Conseil fédéral tranchera aujourd'hui: la ministre de l'Intérieur aura le soutien de Moritz Leuenberger et Pascal Couchepin, Ruth Metzler celui de Joseph Deiss et Kaspar Villiger. Quant à Samuel Schmid, il fera figure d'arbitre.