La fronde contre la mise à l'écart de Mgr Bürcher, déchargé de ses fonctions de vicaire épiscopal du canton de Vaud par Mgr Genoud, commence à prendre forme. Selon nos informations, au moins deux projets de soutien se préparent, indépendants pour le moment. Ils émanent de laïcs opposés à l'éviction de leur évêque. Un autre groupe, constitué autour de Jean de Siebenthal, professeur à l'EPFL, vient de sortir du bois. Il envisage de lancer une initiative cantonale pour demander une modification de la Constitution vaudoise. Ce projet porte sur le préambule et veut aussi soumettre au suffrage populaire des dispositions transitoires concernant la dissolution de la Fédération des paroisses, organe administratif et financier de l'Eglise catholique en Pays de Vaud, et la remise de son actif «à l'évêque à Lausanne, qui s'organise librement dans sa sphère de juridiction».

Le Temps: Que reprochez-vous à la Fédération?

Jean de Siebenthal: Elle s'arroge un rôle capital et abusif de partenaire de l'Etat, et elle travaille sous le regard attentif des organes de l'Etat de Vaud. Dans ce cadre, l'évêque est actuellement réduit à un rôle décoratif. Il incarne pourtant la volonté du Seigneur Jésus-Christ.

– Pourquoi voulez-vous modifier le préambule de la Constitution?

– Certains pensent que l'Eglise doit se laisser tenter par les Lumières en acceptant plus de démocratie. Or nous estimons qu'elle ne peut se laisser manœuvrer par cette sorte de puissance. Nous demandons donc la modification suivante: «Mon âme magnifie le Seigneur (Luc 1, 46), qui est la seule source, directe ou indirecte, du pouvoir. Ce pouvoir peut s'exprimer dans le domaine temporel par le suffrage universel du peuple souverain. Par contre, l'Eglise s'organise librement.»

– Quels sont vos soutiens?

– Pour le moment, nous sommes peu nombreux, mais nous espérons susciter l'intérêt de catholiques troublés par ces événements. Mais nous ne nous faisons pas trop d'illusions.

– Vous ne demandez pas la réintégration de Mgr Bürcher dans ses fonctions?

– Non, c'est difficile de trop demander. Nous préférons nous concentrer sur le rôle de la Fédération, mais nous déplorons la mise à l'écart de l'évêque.