HOMMAGE

«Jean-Philippe Maitre, un homme d'Etat lumineux»

Le Conseil national honore la mémoire de son ancien président.

VerbatimA l'ouverture de la session parlementaire de mars, le Conseil national, solennel et debout, a honoré la mémoire de son ancien président Jean-Philippe Maitre, décédé le 1er février. Extraits de l'hommage rendu par l'actuel président du parlement, le socialiste bâlois Claude Janiak.

«Il y a un an, notre ami Jean-Philippe Maitre occupait le fauteuil présidentiel et ouvrait la session de printemps 2005. Malade, il avait eu le courage de venir à Berne pour nous faire des adieux émouvants. L'humilité de ses propos sur la maladie fut une leçon pour chacun d'entre nous et un message d'espoir pour tous nos concitoyens atteints dans leur santé. Nous avions l'espoir de le voir retrouver ses forces. Malheureusement, la maladie contre laquelle il s'est courageusement battu l'a vaincu. Dans ces moments difficiles, il a su garder le sens de l'humour jusqu'au bout.

[...] Dans son message d'adieu, il avait exprimé sa conviction européenne et l'espoir d'une ratification de ces accords par le peuple. Il aura eu la satisfaction de les voir acceptés. Une brillante présidence s'annonçait que Jean-Philippe comptait mettre à profit pour nouer des contacts à Luxembourg et à Londres, les deux capitales des pays ayant assumé la présidence de l'Union européenne l'an dernier.

Jean-Philippe Maitre fut un homme d'Etat lumineux, une personnalité tolérante, probe et exemplaire. Il fut un parlementaire de premier plan.

[... ] Il aimait cette phrase: «Dans la vie, en famille comme en politique, il faut plus de caractère pour être conciliant que pour détruire.» «Inspirons-nous de son exemple dans nos travaux.»

Publicité