nomination

Le jeune Tessinois qui monte dans le syndicalisme international

A 23 ans, le juriste luganais Edoardo Cappelletti vient d’être nommé au Comité juridique de la Fédération syndicale mondiale (FSM) qui siège à Athènes

Pressenti pour intégrer la Fédération syndicale mondiale (FSM), Edoardo Cappelletti s’est envolé le 14 juillet dernier pour Athènes. Le lendemain, il y a été nommé membre du nouveau Comité juridique de cette faîtière du syndicalisme international, qui revendique 90 millions de membres dans 126 pays. Avec une vingtaine d’autres juristes provenant d’Europe, d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine, il est désormais chargé d’œuvrer pour le développement des législations nationales dans le domaine du travail.

«Cette nomination est un honneur et une belle occasion de poursuivre mon activité de syndicaliste, qui a débuté lorsque j’étais étudiant au lycée de Lugano», raconte Edoardo Cappelletti, 23 ans. Membre du Parti communiste tessinois (PC), ce juriste avait été, à 18 ans, lors des élections communales de 2013, le plus jeune membre du législatif luganais. «Notre parti fait son possible pour contribuer activement au renforcement de la Fédération syndicale mondiale et c’est dans cette optique que mon nom a été avancé pour fournir un apport suisse au Comité juridique.»

«Le Parti communiste forme les jeunes»

Le jeune juriste tient à souligner l’aspect militant de sa nouvelle activité: «La tâche principale du Comité juridique est de fournir un conseil en cas de controverses politiques, d’échanger des données sur l’état du syndicalisme dans nos pays et de viser à renforcer celui-ci. Nous nous réunirons une fois par année à Athènes.»

Né à Lugano en 1994, Edoardo Cappelletti s’est lancé très jeune dans le militantisme: «Je ne proviens pas d’une famille traditionnellement de gauche ni même particulièrement active au niveau politique, explique-t-il. C’est à la suite des batailles menées au sein du Syndicat des étudiants que j’ai ressenti le besoin de la lutte politique. J’ai trouvé ma voie au sein du Parti communiste tessinois, grâce à l’importance que celui-ci donne à la formation politique des jeunes. Comme je suis sérieux et pragmatique, mon choix a été bien accepté par ma famille et mes amis.»

Membre de la direction d’un parti qui compte environ 100 membres, Edoardo Cappelletti a les idées claires sur son avenir professionnel et politique: «Cet automne, je retournerai à Fribourg pour obtenir un master en droit avant de revenir au Tessin pour le stage d’avocat», explique celui qui est actuellement juré auprès du Tribunal pénal cantonal. «Au niveau politique, je pense me présenter aux élections communales de 2020, après avoir manqué de peu la réélection en 2016. Je tâcherai d’atteindre au mieux tous ces objectifs.»

Publicité