Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Détail de l’affiche d’Opération Libero contre «No Billag».
© DR

Votation

De «jeunes libéraux et progressistes» se dressent face aux «jeunes libertaires» de «No Billag»

Les responsables romands du mouvement Opération Libero ont lancé leur campagne. Ils promettent une guerre d’arguments sur les réseaux sociaux

Opération Libero a lancé sa première action en Suisse romande. Trois responsables de la section genevoise de ce mouvement de «jeunes libéraux et progressistes» qui s’est constitué au lendemain du vote du 9 février 2014, ont présenté leur campagne «Non au dynamitage de notre démocratie». Ils se sont donné une mission pour les six semaines à venir, ont-ils expliqué à la presse: mener une guerre numérique pour contrer les arguments du comité de l’initiative «No Billag».

Les online warriors désignés au sein de la cinquantaine de membres ont identifié, sur la Toile, les sites où se mène le débat d’idées à propos de la votation du 4 mars. Et ils y déploieront un argumentaire qui détaillera pourquoi la démocratie suisse, basée sur des institutions fortes et sur le principe de la protection des minorités, est mise en danger par l’initiative.

Lire aussi: L’Opération libero se poursuit en Suisse romande

«La disparition de la redevance représenterait un saut dans l’inconnu qu’il faut absolument éviter, a expliqué Jérémie Juvet, 28 ans, le coordinateur de la campagne romande. Cela ne créerait qu’un grand vide, le marché romand étant trop petit.»

Défense du service public

Les animateurs d’Opération Libero insistent sur ce qui les distingue des défenseurs de l’initiative: «Nous nous présentons non seulement comme consommateurs, mais aussi comme citoyens suisses, une identité dans laquelle nous nous reconnaissons. Nous croyons au libre marché, mais aussi à un service public dont la mission est de s’adresser aux citoyens, au contraire des libertariens qui ont lancé «No Billag».»

Lire également: L’influence libertarienne à l’origine de l’initiative «No Billag»

«En face de nous se trouvent des utopistes qui veulent changer le monde, lance Fanny Randanne, coprésidente de la section genevoise du mouvement, 26 ans. Nous sommes attachés aux institutions qui font la démocratie suisse, et à la stratégie de l’amélioration par petits pas. Nous voulons faire comprendre que leur initiative n’aboutira qu’à la destruction du service public audiovisuel.»

Nous sommes attachés aux institutions qui font la démocratie suisse, et à la stratégie de l’amélioration par petits pas

Fanny Randanne, coprésidente d’Opération Libero, section genevoise

«Ça nous plaît, la bagarre»

Opération Libero se dit prêt pour la bagarre idéologique. «Nous avons toujours dit que nous voulions gagner, rappelle Jérémie Juvet. Ça nous plaît, la bagarre.»

Pour convaincre, les membres d’Opération Libero comptent donc sur les mots mais aussi sur l’image. Une campagne d’affichage va commencer. Elle a été financée par une récolte de fonds en ligne qui a permis de rassembler un demi-million de francs.

Le 30 janvier, ils organiseront également à Genève un débat contradictoire entre un jeune PLR et un jeune socialiste.

Notre dossier: La controverse «No Billag»

Dossier
La controverse «No Billag»

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a