Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Exploitation de vaches laitières, à Palézieux dans le canton de Vaud, en 2008.
© JEAN-CHRISTOPHE BOTT

Agriculture

Les jeunes paysans suisses peinent à trouver une ferme

Faute de financement, les agriculteurs fraîchement formés ont du mal à trouver une exploitation agricole. Alors que chaque année, de nombreux paysans cessent leur activité

Les jeunes paysans formés ont du mal à trouver une ferme où s’installer. Pourtant, les agriculteurs sont nombreux chaque année à cesser leurs activités. C’est le constat de l’Association des petits paysans qui a communiqué ses observations mardi 19 juillet à Berne.

Le nombre d’exploitations agricoles continue de reculer en Suisse, alors que de nombreux jeunes gens cherchent un domaine à reprendre. Ils sont plus de 60 à s’être annoncés auprès du service de contact chargé de faire le lien entre futurs retraités et jeunes repreneurs. Pour faire face à cette demande, on compte actuellement une dizaine de paysans prêts à louer ou à remettre leur domaine hors du cercle familial.

Un paradoxe qui s’explique

Comment expliquer que les potentiels repreneurs aient tant de peine à trouver une ferme à exploiter? Leurs difficultés sont des obstacles juridiques, financiers et sociaux, indique l’Association des petits paysans. La principale pierre d’achoppement reste toutefois le financement.

Lire aussi: Les paysans suisses sont résignés face à la baisse des prix agricoles

Quand une exploitation est cédée à un tiers qui n’appartient pas à la famille, c’est sa valeur vénale qui détermine son prix. Or celle-ci est souvent bien supérieure à sa valeur de rendement: elle est jusqu’à 2,5 fois plus élevée selon les régions, relève l’association.

Le droit foncier rural présente en outre des lacunes: il n’autorise en principe pas la division des domaines, mais il prévoit des exceptions. Nombreux sont ceux qui recourent à ces règles d’exception, avec pour conséquences des divisions de domaines. Partagés au lieu d’être transmis dans leur intégralité, les domaines ne sont plus viables.

Enfin, les paysans qui sont sur le point de cesser leurs activités ne sont pas toujours conscients du fait que la relève existe. C’est pourquoi l’Association des petits paysans veut lancer prochainement une campagne de sensibilisation.

1100 domaines touchés chaque année

Pour qu’un paysan puisse sereinement remettre son exploitation à un jeune repreneur externe à la famille, il lui faut à la fois une bonne dose d’idéalisme, une situation financière saine – absence de dette et retraite assurée – en plus de la compréhension de ses proches, déplore l’Association.

Faute de solution de financement appropriée, l’option la plus tentante est souvent de céder une partie de ses terres à son voisin. Beaucoup d’exploitants cherchent du reste à s’agrandir et sont en mesure de faire des offres alléchantes. D’autant plus s’ils laissent au propriétaire la possibilité de continuer à vivre dans sa ferme.

La transition doit être financièrement viable pour les deux partenaires et ces conditions ne sont pas évidentes à réunir. La solution consiste parfois à recourir au prêt sans intérêts, voire au crowdfunding. Les instruments sont nombreux, relève l’Association, mais il est souvent nécessaire de s’appuyer sur les conseils de spécialistes.

Lire aussi: L’agriculture perdra 514 millions de francs

L’Association des petits paysans veut interpeller le monde politique sur cette problématique, car ce ne sont pas moins de 1100 domaines en moyenne qui sont touchés chaque année. Au nombre des exploitants, 55,4% sont âgés de plus de 50 ans, selon les relevés de l’Office fédéral de la statistique (OFS), et plus du tiers ne disposent pour l’instant d’aucune perspective de relève.

Durcir les règles du droit foncier

Étant donné les défis auxquels l’agriculture est confrontée en ce moment, le changement générationnel devrait être vu comme une chance, insiste l’Association. Aussi est-il crucial de trouver des solutions constructives pour favoriser la transmission de domaines.

La sphère politique et les milieux paysans ne semblent toutefois pas s’accorder sur les priorités. Certains voudraient durcir les règles du droit foncier rural pour mieux favoriser la continuité des petits domaines. Mais ces modifications risquent de brider les envies d’expansion des grands exploitants.

En 2015, le conseiller national jurassien Jean-Paul Gschwind (PDC) avait lancé une motion dans ce sens, qui devait accorder une plus grande marge de manœuvre aux cantons. Soutenu par l’Union suisse des paysans, l’objet avait toutefois échoué au Parlement à une majorité de 105 voix contre 84.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a