Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Patrick Amey: «Les jeunes sont marqués par une logique: au mieux, ils ne veulent payer que ce qu’ils consomment, au pire, ils souhaitent bénéficier du principe de gratuité»
© JEAN-CHRISTOPHE BOTT / Keystone

Médias

«Les jeunes regardent moins la télévision que leurs aînés»

Enseignant à l’Université de Genève, le sociologue spécialiste des médias Patrick Amey analyse la votation sur la redevance télévision à l’aune de la fracture générationnelle

Le Temps: Comment expliquer que le comité d’initiative «No Billag» comporte autant de jeunes?

Patrick Amey: Les jeunes sont marqués par une logique: au mieux, ils ne veulent payer que ce qu’ils consomment, au pire, ils souhaitent bénéficier du principe de gratuité qui s’observe sur YouTube ou encore avec la presse non payante. Pas étonnant dès lors que cette culture propre à leur socialisation les amène à s’interroger sur l’utilité de payer pour des programmes auxquels ils s’exposent très peu. Les chaînes concurrentes (françaises notamment) jouent aussi un rôle dans ce rejet du principe même de la redevance.

– La votation peut-elle donc se lire sous le prisme d’une fracture générationnelle?

– En tout cas d’une fracture qui oppose les partisans du principe du consommateur-payeur aux défenseurs d’un service public. Parmi les consommateurs-payeurs figurent nombre de jeunes s’exposant à des programmes de façon nomade, souvent depuis leur smartphone. De l’autre côté, les partisans du service public, jeunes ou moins jeunes, qui veulent pouvoir garantir des programmes dits de qualité. Ils tiennent aux émissions d’information ou aux débats qui entérinent un espace public et politique.

– La nouvelle génération qui se détourne des médias traditionnels au profit d’Internet et des réseaux sociaux, mythe ou réalité?

– Ce n’est pas un mythe stricto sensu. Ils ne sont que 32% des jeunes (12-19 ans) à regarder tous les jours la télévision, alors que 80% d’entre eux surfent quotidiennement sur Internet. Le volume d’écoute est relativement stable même si la tendance est à la baisse depuis 2010. Les jeunes regardent nettement moins les programmes du service public (10% de part de marché pour la RTS ces dernières années) que les autres catégories d’âge. Se pose de facto la question de l’adéquation des programmes avec les goûts et les pratiques des jeunes qui privilégient notamment les séries et les programmes divertissants. Un dilemme se dessine pour la SSR: soit maintenir la ligne éditoriale, avec le risque de désertion d’une partie des jeunes, soit plaire à ces derniers à tout prix, et s’éloigner des missions du service public. Entre les deux, un juste compromis s’impose sans doute.

– A quoi ressemblent les habitudes de consommation des jeunes?

– Les jeunes ont mis fin au «rituel» de la télévision fixe. Ils privilégient les expositions solitaires aux pratiques collectives, «rentabilisant» ainsi leur exposition aux contenus. Les jeunes regardent plus volontiers les programmes en différé, en streaming, choisissent leurs programmes avec acuité et sont très sélectifs. Leur écoute est nettement plus fragmentée que celle de leurs aînés, d’autant qu’ils sont devenus les champions du multitasking, qui consiste à s’exposer à plusieurs médiums simultanément. Les programmes télévisés peuvent donc servir de toile de fond à d’autres pratiques médiatiques, surfer sur Internet par exemple.


Lire également:

Dossier
La controverse «No Billag»

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a