Vaud

Les jeunes socialistes ne veulent plus de Pierre-Yves Maillard

Les jeunes du PS contestent un quatrième mandat pour le conseiller d’Etat Pierre-Yves Maillard, pourtant locomotive de leur parti. Celui-ci attend sereinement la décision du congrès

Une fois de plus, les jeunes socialistes se distinguent de leur parti. Après leur rejet de la nouvelle loi sur le Renseignement, voici la Jeunesse socialiste vaudoise (JSV) qui conteste un quatrième mandat pour le ténor du PS, le conseiller d’Etat Pierre-Yves Maillard. Lors de leur assemblée générale, les jeunes socialistes ont décidé à la majorité de refuser la demande de dérogation que celui-ci va formuler au congrès du 27 septembre afin de rempiler.

Pierres-Yves Maillard serein

Si plusieurs voix socialistes ont demandé le retrait d’Anne-Catherine Lyon, nul ne s’était encore inscrit en faux contre la locomotive électorale Maillard. Contacté, celui-ci est serein: «Pas de surprise, ni de réaction particulière. J’attends les orientations du comité directeur et s’il estime que je suis utile à la bataille de 2017, j’irai devant la base de tout le parti et elle tranchera.» Avec le risque qu’un siège socialiste soit menacé par la défection de son leader.

Mais ce n’est manifestement pas inquiétant pour les jeunes socialistes, qui ont appelé à un «PS uni et fort, derrière des candidats qui font l’unanimité dans le parti.» Et pas question de faire une «différenciation de popularité.» Pour les deux élus, ce serait «la législature de trop». Très attachée aux règles mises en place par le parti, sur la longévité notamment des conseillers d’Etat, la JSV estime qu’il existe une relève «extrêmement compétente». «Il y a des profils très engagés, des élues avec beaucoup d’expérience», explique Audrey Petoud, membre du comité, dans le communiqué.

Pas de succession planifiée

Référence sans doute à Cesla Amarelle, Florence Germond et Géraldine Savary, des noms qui circulent dans les médias depuis des mois, en remplacement d’Anne-Catherine Lyon. Sauf surprise, les sept conseillers d’Etat sortants devraient se représenter aux élections cantonales d’avril. Les trois PLR Pascal Broulis, Jacqueline de Quattro et Philippe Leuba sont sur les rangs, comme l’écologiste Béatrice Métraux. Au PS, une nouvelle candidature de Nuria Gorrite, élue en 2012, est quasiment certaine.

Publicité