Le Temps: Selon vos chiffres, la Suisse comptera 140 000 chômeurs en avril et la révision de la loi sur l’assurance chômage concernera de 14 000 à 16 000 personnes. Un transfert de charges de la Confédération?

Serge Gaillard: Non. Ces chiffres sont élevés, mais nous espérons qu’avec une bonne information, les gens pourront se préparer. Les personnes en fin de droit ne se tourneront pas forcément vers l’aide sociale. Seul un septième (environ 15%) le fera, selon nos études périodiques. De plus, de 30 à 40% des chômeurs concernés ont moins de 25 ans. En général, ils trouvent un emploi en six mois.

– Mais ce sont les cantons et les communes qui financeront l’augmentation de l’aide sociale.

– Selon nos études, 50% des gens perdant leur droit au chômage retrouvent un emploi après coup. Chaque mois, un chômeur sur sept en retrouve. Avec le soutien des offices régionaux de placement, une partie devrait retrouver un emploi avant avril.

– Si la moitié des chômeurs en fin de droits retrouve un emploi et seulement 15% vont à l’aide sociale, qu’arrive-t-il aux 35% restants?

– Une partie prend une retraite anticipée. Une autre est soutenue par sa famille. Une autre, enfin, retourne dans son pays d’origine.