Candidature

Des Jeux qui cultivent l’esprit olympique pour les 15-18 ans

En cas de victoire, Lausanne obtiendrait des Jeux miniatures

Des Jeux qui cultivent l’esprit olympique pour les 15-18 ans

Les Jeux olympiques de la jeunesse (JOJ) sont une création récente. La première édition a eu lieu en 2010 à Singapour. Les JOJ fonctionnent sur le même principe et avec le même décorum que les Jeux olympiques, dont ils sont une sorte de réplique en miniature: village olympique, parcours de la flamme, cérémonies d’ouverture et de clôture, défilé des athlètes. Destinés aux adolescents âgés de 15 à 18 ans, ils ont lieu tous les quatre ans et rassemblent environ 3500 sportifs pour les sports d’été.

Les premiers – et seuls à ce jour – JOJ d’hiver, ceux que Lausanne souhaite organiser, ont eu lieu en janvier 2012 à Innsbruck. La Suisse était représentée par 26 sportifs parmi 69 nations et 1100 athlètes. Elle y a remporté neuf médailles, dont quatre en or.

Un million de visionnements

Selon le CIO, les dix jours de compétition ont attiré 110 000 spectateurs, dont 15 000 pour la cérémonie d’ouverture. L’événement a généré 15 000 articles de presse, un million de visionnements sur YouTube et 40 000 nuitées. En termes d’impact économique et médiatique, Innsbruck considère que les JOJ ont été plus profitables que les trois matches de l’Euro 2008 de football organisés dans la capitale du Tyrol.

Au-delà des chiffres, les JOJ sont conçus comme une expérience humaine. La culture et l’éducation sont intégrées, à travers des ateliers et des spectacles. Si Isabelle Bossi, cheffe de mission de Swiss Olympic, s’inquiète un peu dans son rapport final des risques de «propulser de jeunes gens sur le devant de la scène internationale à l’aube de leur carrière sportive», elle constate que les JOJ «constitueront un événement incontournable dans les années à venir».

A Innsbruck, la seule Romande de la délégation suisse était Alexia Bonelli, jeune snowboardeuse de Leysin. Sixième de l’épreuve de half-pipe, elle a aujourd’hui arrêté la compétition après une grave blessure au genou. «Mais ces dix jours en Autriche ont été un vrai cadeau de vie pour elle», assure sa mère, Stéfane Nadon. «Tout était vraiment comme aux Jeux olympiques. Les jeunes avaient beaucoup fraternisé entre eux et le président du CIO Jacques Rogge avait délivré un magnifique message de paix et d’ouverture.»

Des compétitions sportives où le gigantisme et le nationalisme sont absents: la réussite des JOJ est aussi un aveu d’échec pour le CIO. Le but des «vrais» Jeux olympiques n’est-il pas de rassembler la jeunesse du monde?

Publicité