Le président de la Lega dei Ticinesi, Giuliano Bignasca, met en vente le journal dominical de son parti, Il Mattino. Dans un article paru dans l'édition de dimanche, il en exige un prix d'au moins 5 millions de francs. Les offres peuvent être présentées jusqu'au 30 juin 2008.

Giuliano Bignasca adresse son offre en priorité à ses adversaires politiques. Ceux-ci, après une reprise du titre, pourraient ainsi transformer Il Mattino en un journal de bien-pensants politiquement correct, écrit-il.

Cette offre de vente fait suite à une prise de position de l'exécutif de la ville de Lugano. Celui-ci a critiqué publiquement mercredi le journal du parti de droite en raison d'un photomontage vulgaire montrant la municipale socialiste Nicoletta Mariolini en version fétichiste-porno et d'une violation du secret de fonction.

Comme la Lega dispose, avec Bignasca et le nouvel élu Lorenzo Quadri, de deux représentants à l'exécutif luganais, les autres membres du gouvernement craignent une pluie d'indiscrétions. Giuliano Bignasca veut dissiper ces craintes.

Si la Ville de Lugano rachète Il Mattino, elle pourra le transformer en organe de communication et publier toutes les informations brûlantes qui intéressent les gens: les avis mortuaires et de naissance, les horaires de bus ou les commentaires du chef de la police, persifle le président de la Lega.

Le politicien souligne que son offre de vente du journal est à prendre au sérieux: le prix minimum est fixé à 5 millions et le journal ira au plus offrant. Bref, il réclame une OPA sur le titre.

Le gratuit agite le sud des Alpes avec son ton qui mêle l'invective à l'enquête. Direct et offensif, le journal, fondé en 1990, est à l'origine de la Lega dei Ticinesi. De semaine en semaine, il épingle personnages et événements de l'actualité cantonale.