Histoire

La joyeuse contestation qui inspire la grève des femmes du 14 juin

Il y a 28 ans, quelque 500 000 femmes descendaient dans la rue pour réclamer l’application de l’article constitutionnel sur l’égalité. Retour sur l’étincelle qui a déclenché l’une des plus grandes mobilisations de l’histoire suisse

Le 14 juin 1991, 500 000 femmes – des hommes aussi – sortent dans les rues de Suisse. Elles s’installent sur les places publiques. Ballons, musique et pique-niques donnent au rassemblement des allures de fête populaire. Les médias sont au rendez-vous, même le New York Times, qui titrera le lendemain: «You’ve come a long way, ladies», rappelant que les citoyennes suisses obtenaient le droit de vote tout juste vingt ans plus tôt. C’est l’une des images qui resteront de cette «grève des femmes»: une contestation joyeuse.

A 28 ans d’écart, des revendications qui se ressemblent

«Les revendications peuvent être à la fois sérieuses sur le fond et riantes dans la forme», souligne Christiane Brunner, 72 ans, à l’origine de la grève de 1991. Sous le slogan «Quand les femmes le veulent, tout s’arrête», elles réclament une assurance maternité. Un congé parental. Des places de crèche. Une éducation sans sexisme, ou encore un meilleur partage des tâches.