diamants

Juan Barazi, «gentleman-driver»et bras droit d’Isabel dos Santos

Un coureur automobile haut en couleur apparaît comme l’associé officieux de la fille du président angolais

Il vit quelque part entre Londres, Gstaad, Copenhague et Luanda. Juan Barazi, Danois issu d’une famille de patriciens kurdes syriens, évolue dans une stratosphère sociale à laquelle peu d’humains ont accès. Un monde d’écoles privées de luxe (il a étudié au Rosey, à côté de Rolle), de voitures de sport faites sur mesure (il collectionne les Pagani, une marque italienne confidentielle), de top models et de jets privés.

Il apparaît surtout comme l’associé officieux de la première milliardaire d’Afrique, Isabel dos Santos, fille du président angolais, à qui il aurait servi d’émissaire dans certaines affaires – notamment en Suisse.

Commerce lucratif

«Si vous vous intéressez à elle et ses liens en Suisse, cherchez du côté de Lausanne et de la société TAIS», conseille un diplomate disposant d’un bon réseau en Angola. TAIS est une structure off­shore contrôlée par Isabel dos Santos et sa mère, Tatiana Regan. Au début des années 2000, elle a servi de «coquille» abritant leur participation dans le lucratif commerce de diamants angolais. Cette entité disposait d’une filiale baptisée TAIS (Switzerland), dont Juan Barazi était le directeur et actionnaire nominal, affirme un article de la lettre spécialisée Africa Confidential daté du 3 août 2012.

Le diplomate précité affirme que Juan Barazi se rend souvent en Angola en avion privé et possède des intérêts dans le diamant. Une autre source, bien introduite dans le milieu diamantaire genevois, affirme que «Juan est l’homme de confiance d’Isabel. Il est avocat de formation. Elle ne discute pas directement de certaines choses, donc cela passe par lui.»

L’opposant angolais Rafael Marques, critique infatigable de la famille dos Santos, dit l’avoir croisé à Washington, en avril 2012, alors que Juan Barazi accompagnait une délégation diamantaire officielle de l’Angola. «C’est lui qui a poussé Isabel à s’impliquer plus activement dans le secteur du diamant», déclare l’opposant.

Chalet en Suisse

Pour un homme d’affaires de cette envergure, Juan Barazi conserve un profil étonnamment bas. On ne trouve aucune trace de société à son nom en Grande-Bretagne, où il semble résider la plupart du temps. Ni en Suisse où sa famille possède un chalet. Un profil sur le réseau social LinkedIn le décrit comme «propriétaire» d’Unitel, société de télécommunications angolaise détenue par Isabel dos Santos à hauteur de 25%.

Un catalogue exhumé par la Déclaration de Berne, une ONG active dans le secteur des matières premières, montre qu’il a prêté un tableau de Jean-Michel Basquiat, Pharynx, lors d’une exposition organisée à Venise en 2007 sous l’égide de Sindika Dokolo, collectionneur d’art contemporain et mari d’Isabel dos Santos.

Amoureux des bolides

Ses liens avec l’Angola remontent à loin. Son père Khaled aurait conseillé le gouvernement dans le différend l’opposant au diamantaire sud-africain De Beers. Il était aussi actionnaire d’une société suisse, Pro Dev, qui a reçu une concession pétrolière au large des côtes angolaises du temps de la guerre civile, selon Africa Confidential.

Très discret sur ses intérêts économiques, Juan Barazi possède une face plus visible: celle de coureur automobile semi-professionnel. Il a disputé plusieurs fois les 24 Heures du Mans, s’y classant honorablement «dans le ventre mou du classement», selon le mot d’un connaisseur qui le décrit comme un «gentleman-driver».

Dans un article publié par le New York Times en juillet dernier, Juan Barazi exprimait son admiration pour les bolides de la marque Pagani, dont il a acquis plusieurs exemplaires ces dernières années. «Je suis limite pathologique en ce qui concerne les voitures», avouait-il.

Juan Barazi n’a pas répondu aux sollicitations du Temps visant à obtenir un entretien. Ce qui n’étonne pas son garagiste genevois, unique concessionnaire suisse de la marque Pagani, qui dit ne plus l’avoir revu depuis deux ou trois ans: «Vous savez, c’est le genre de personnage qui vous contacte quand lui le décide.»

Publicité