Jura

Le Jura inflige un camouflet à Pierre Kohler

En 2003, le trublion PDC avait mis un terme à la carrière de François Lachat. En 2015, c'est lui qui est mis à l'écart, les Jurassiens ont rejeté son mépris et son intention d'éjecter la sortante Anne Seydoux

Il n'y a pas eu de suspense. Le duel à couteaux tirés entre frères PDC delémontains ennemis n'a pas eu lieu. Le trublion Pierre Kohler a été mis k.-o. par un électorat qui l'avait pourtant porté au pouvoir gouvernemental en 1993 contre l'avis de son parti, au Conseil national en 2003 à la place de François Lachat, à la mairie de Delémont en 2008 pour évincer les socialistes.

Ce fut le coup de trop d'un politicien atypique, qui a multiplié les erreurs dans une campagne où il a tenté de rester invisible. Son départ intempestif de la mairie de Delémont n'a pas été compris. Son intention d'éjecter Anne Seydoux du Conseil des Etats a été clairement rejetée. Enfin, ses pleines pages blanches de publicité dans les journaux, avec une seule référence à son site internet, ont été considérées comme de l'arrogance et du mépris.

Exit Pierre Kohler qui termine très loin de sa colistière Anne Seydoux, avec pratiquement la moitié moins de voix: 14 275 pour la sénatrice sortante et réélue, 7382 pour Pierre Kohler qui subit sa première véritable défaite, la seule promet-il. «Aujourd'hui, c'est la fin de ma carrière politique.» Il avait annoncé un tel retrait au Temps, en cas d'échec, affirmant qu'il répondra positivement à l'appel du premier ministre du Kosovo pour lui amener ses lumières économiques.

La défaite de Pierre Kohler consacre la sortante Anne Seydoux, même si elle doit céder la première place de l'élection à l'autre sortant, le socialiste Claude Hêche (15 532 voix). Elle aura eu raison de résister à ceux qui lui proposaient de quitter Berne.

La députation jurassienne à Berne reste ainsi identique. PDC et PS ont aisément remporté l'élection, et les sortants ont retrouvé leurs sièges, sans coup férir. Au Conseil national, le PDC Jean-Paul Gschwind s'impose  devant le socialiste Pierre-Alain Fridez. Avec 27,6% des suffrages, le PDC reste le premier parti, devant le PS et ses 23,8%. Le PLR retrouve la santé à 16,8% et l'UDC obtient 12,9%.

Publicité