Autodétermination

Le Jura présente sa corbeille de mariée à Moutier

Le 18 juin 2017, les 7700 habitants de Moutier décideront s’ils restent Bernois ou s’ils passent dans le canton du Jura. Le gouvernement jurassien présente son offre de rattachement: sept députés sur soixante, 172 postes de fonctionnaires et un pôle urbain d’intérêt cantonal

Les partisans du maintien de Moutier dans le canton de Berne s’appuient sur ce slogan: «Un tiens vaut mieux que deux tu l’auras.» Laissant entendre qu’en tant que commune bernoise, Moutier sait ce qu’elle a, et que l’aventure du canton du Jura ne lui réservera que de funestes surprises.

Deux documents contredisent la crainte loyaliste bernoise. Il y eut, en septembre, un rapport d’experts affirmant que pour Moutier et ses habitants, le passage dans le canton du Jura serait plus avantageux. Fiscalement, financièrement, en poids politique. Des différences certes ténues, «mais systématiquement à l’avantage du Jura», affirme le président du gouvernement jurassien Charles Juillard.

Lire aussi: Foi d’experts, le Jura est plus intéressant pour Moutier

Au lendemain de l’ouverture du dernier tronçon de Transjurane qui rapproche Moutier de Delémont (7 minutes en voiture, 9 par le rail), le gouvernement jurassien a présenté sa corbeille de mariée, à six mois du scrutin décisif du 18 juin 2017. Une offre très attendue. Un programme pragmatique. Le Jura n’offre pas Byzance, mais sa corbeille est généreusement remplie.

Lire également:  L’autoroute Transjurane change le Jura

De 20e à 2e commune

Le gouvernement jurassien constate que Moutier, avec 7700 habitants, est la vingtième commune bernoise, elle sera la deuxième en importance dans le Jura. Avec un rôle de pôle urbain, de commune-centre et de zone économique d’intérêt cantonal. «Moutier ne serait pas seulement la porte d’entrée du Jura, mais aussi celle de la Suisse du Nord-Ouest et de la métropole bâloise», affirme le ministre de l’Environnement, David Eray.

Le Jura fait aussi une offre institutionnelle: représentant un peu plus de 10% de l’actuelle population jurassienne, Moutier aura droit à un cercle électoral et à sept des soixante sièges du parlement. Contre deux sur 160 actuellement à Berne. Le Jura annonce encore qu’à terme, il réformera le canton en constituant un unique cercle électoral.

Services administratifs délocalisés

L’offre jurassienne se veut aussi rassurante en matière d’emplois administratifs cantonaux. Berne affirme qu’il compte 160 équivalents plein-temps et une centaine d’enseignants, le Jura annonce qu’il implantera à Moutier plusieurs services administratifs pour 172 équivalents plein-temps. Parmi ces unités, le service des contributions et celui de l’informatique. Delémont garantit aux 51 personnes employées actuellement dans l’administration bernoise qu’elles se verront offrir un contrat dans le Jura.

Lire aussi: La déclaration d’amour bernoise à la ville de Moutier

Sans en fixer le montant final pour éviter de se faire reprocher qu’il achèterait le vote, le Jura annonce une allocation de bienvenue à Moutier, comparable à l’allocation de fusion aux communes qui s’allient, soit 500 francs par habitant. Pondérée par la capacité contributive.

Autre sujet brûlant, l’avenir de l’Hôpital de Moutier. Delémont rappelle qu’il a convenu avec Berne de ne pas fragiliser sa position durant la procédure d’autodétermination, qu’il est disposé à conserver l’actuelle structure avec Saint-Imier et entrer au conseil d’administration. Si Berne devait refuser, le Jura s’engage à intégrer l’Hôpital de Moutier à sa structure hospitalière, avec des missions spécifiques. «Quel que soit le canton dans lequel se trouvera Moutier, on ne peut donner ni garantie ni menace», affirme le ministre jurassien de la Santé, Jacques Gerber.

Changement synonyme d’opportunités

A ceux qui estiment qu’il manque, dans l’offre jurassienne, un objet symbolique ou une annonce d’investissement, Charles Juillard rétorque qu’une fois jurassienne, Moutier pourra disposer d’un centre de congrès. Encore qu’il n’existe aucun projet concret.

Aux éléments factuels, «équilibrés et crédibles, sans surenchère ni promesse intenable», dit Charles Juillard, le Jura ajoute une note émotionnelle. «Nous voulons accueillir Moutier dignement, dans le respect des équilibres du canton. Les Prévôtois doivent savoir qu’ils sont les bienvenus dans le Jura. Ils n’ont pas à craindre le changement, au contraire. Le changement sera synonyme d’opportunités.» En plus de la garantie de gratuité pour toute démarche administrative liée à un changement de canton – comme changer de plaques d’immatriculation des véhicules –, le Jura avance un slogan en guise de contre-projet au «un tiens vaut mieux que deux tu l’auras»: «Pour que demain ne se limite pas à aujourd’hui.»

Lire aussi notre analyse: Pourquoi autant de confusion avant le vote sur l’avenir de Moutier?

Publicité