Réchauffement climatique

Le Jura, en situation de catastrophe forestière

Le gouvernement jurassien tire la sonnette d’alarme. Le manque de pluie et les températures élevées provoquent la mort en masse des hêtres, qui sèchent sur pied. Le phénomène est aussi grave qu’inédit

Le hêtre se meurt dans les forêts jurassiennes. La faute au réchauffement climatique qui accélère la mort de cette espèce d’arbres. Ce lundi, le canton du Jura a officiellement tiré la sonnette d’alarme. Dans un communiqué, son gouvernement parle d’un phénomène «grave et inédit». Il a déclaré la situation de «catastrophe forestière». Les investigations ont en effet confirmé que plus de 100 000 m3 de bois étaient secs ou en passe de dépérir, en particulier en Ajoie. «Dans ce district, près de 1500 hectares sont affectés et dans certaines zones, 50% ou plus de ces arbres sont touchés, se désole Marc Ballmer, collaborateur scientifique à l’Office de l’environnement du Jura. Les dégâts sur la forêt sont plus importants que lors du passage de l’ouragan Lothar en 1999.»

Lire aussi: L’année 2018 a été l’une des plus chaudes de l’histoire

De son côté, David Eray, ministre de l’Environnement, décrit une situation alarmante: «L’automne dernier, les hêtres ont perdu leurs feuilles avec deux mois d’avance. On a espéré que le feuillage reparte de plus belle ce printemps… Il n’en a rien été. De nombreux arbres, certains vieux de 150 ans, sont totalement secs. Beaucoup d’autres ont des taches noires sur l’écorce, signe qu’ils sont en train de se vider de leur sève…» En plein mois de juillet, les teintes des forêts jurassiennes demeurent désespérément brunes; représentant 36% de l’ensemble des arbres, le hêtre est la principale essence.

Le nord-ouest de la Suisse touché

La cause de cette catastrophe est clairement en lien avec l’extraordinaire sécheresse de l’année dernière. «En été 2018, il n’a quasiment pas plu durant trois mois dans l’Ajoie», rappelle David Eray. Reste que l’extrême rapidité du dépérissement a surpris les spécialistes et dépassé toutes les projections. En cas de répétition d’épisodes de sécheresse, le hêtre pourrait à terme disparaître en plaine. Si le Jura – et son district de l’Ajoie – reste le canton le plus marqué, le phénomène frappe l’ensemble du nord-ouest de la Suisse: Bâle-Campagne, Soleure, Argovie, Berne et Neuchâtel.

Lire aussi: 2018 a été une année extrême pour l’agriculture

Une séance de crise a été organisée en juin dans le canton du Jura. «La priorité est la sécurisation de l’espace public, assure le ministre David Eray. Une fois sec, le hêtre casse comme du verre.» Dans l’urgence, cet été, des mesures de sécurisation seront prises le long des routes et des sentiers, pour éviter tout accident lors de chutes de branches. Certaines zones de forêts seront même interdites d’accès. A plus long terme, dès cet automne, une stratégie sylvicole sera élaborée en vue de l’abattage des arbres.

Appel à la Confédération

Le Jura a lancé un appel au Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication (DETEC), et à sa cheffe, la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga, en vue de coordonner la crise au niveau suisse. Le canton a également pris contact avec l’Institut fédéral de recherches WSL, qui étudie entre autres la forêt. «Nous avons besoin d’un appui technique et scientifique, pour savoir ce que nous devons faire», conclut David Eray.

Publicité