Le Gouvernement jurassien a dévoilé jeudi le Plan équilibre 22-26 qui doit permettre au canton de trouver un équilibre financier et d’affronter les défis. Ce projet comprend 85 mesures pour réaliser des économies de 34 millions à l’horizon 2026. C’est un gouvernement au complet qui a présenté ce projet-phare de la législature. «Ce n’est pas un simple programme d’économies mais un projet plus ambitieux qui permettra au Gouvernemt de faire face aux futurs défis», souligné d’emblée son président, le ministre David Eray.

Ce Plan équilibre 22-26 ne comprend pas de coupes linéaires. Le Gouvernement n’a pas non plus voulu de mesures dont l’impact social aurait été trop dommageable dans une période où les incertitudes sont déjà importantes et mettent à mal le pouvoir d’achat. Une augmentation linéaire de la fiscalité a ainsi été écartée. Les mesures d’économies se regroupent dans quatre axes: ressources humaines, fiscalité et recettes, aides sociales et individuelles et prestations. Près de 300 pistes ont été analysées. Au final, ce sont 85 mesures qui ont été retenues pour un total d’économies de 34 millions de francs à l’horizon 2026.

Lire aussi: Neuchâtel et le Jura, grands perdants romands de la hausse des primes

Aucun secteur épargné

Parmi les mesures figurent l’introduction d’une semaine supplémentaire de congé non payée au sein de l’Etat, la réduction des charges en matière d’intégration des personnes migrantes, l’acquisition d’un 2e radar pour générer de nouvelles recettes ou la réduction de la subvention aux Eglises. «On doit faire un effort dans beaucoup de secteurs», a souligné le ministre David Eray. Les domaines de la santé, de l’économie, de l’environnement et de la formation sont aussi impactés avec notamment la suppression des aides cantonales à la biodiversité en forêt, la réduction des marchés au bétail, la suppression des subsides pour certaines formations et le renoncement aux stands communs lors d’expositions économiques.

Le budget 2023, qui accuse un déficit de 5,9 millions de francs pour des investissements nets de 31,1 millions, intègre déjà les premiers effets du plan d’économies, soit 8,6 millions pour le compte de résultats et 2,8 millions pour le compte des investissements. Le Gouvernement a dû tenir compte que le canton recevra 6,3 millions de francs de moins en provenance de la péréquation financière (RPT). La participation aux excédents de la BNS a été revue à la baisse. Un montant de 21,5 millions a été prélevé dans la réserve pour politique budgétaire pour respecter le frein à l’endettement.

Lire aussi: Le Jura précise le calendrier du transfert de Moutier

Moderniser l’administration

Au niveau des charges, les prestations pour l’accueil des réfugiés ukrainiens représentent globalement 3,9 millions de francs alors que les coûts de l’énergie progressent de 1,4 million. Le Gouvernement a aussi pris en compte l’évolution des aides pour les primes d’assurance maladie, soit 2,6 millions de francs.

Parallèlement à l’élaboration du plan d’assainissement des finances, le Gouvernement entend moderniser l’administration en lui insufflant davantage d’efficience et en renforçant la numérisation. Avec ce projet, l’objectif initial de 40 millions de francs d’économies pourrait être atteint. Comme l’administration jurassienne n’a pas les moyens de tout faire, elle doit prioriser ses actions. Des ressources spécifiques devront être mises en place pour conduire cette évolution avec l’engagement de secrétaires généraux des départements.

Le Parlement devra maintenant se prononcer sur le Plan équilibre 22-26, sur le projet de modernisation de l’administration ainsi que sur le budget 2023. Pour le Gouvernement, ces projets doivent permettre à l’Etat jurassien de faire face aux futurs défis.