Les prévisions les plus apocalyptiques ne se sont finalement pas réalisées. Après l’effet massif du premier semi-confinement sur l’activité des tribunaux, la justice genevoise a réussi à encaisser la deuxième vague sans trop de dégâts. Avec sa casquette de président de la Commission de gestion du troisième pouvoir et à l’occasion de la présentation annuelle consacrée au fonctionnement de l’institution, le procureur général Olivier Jornot a détaillé ce mardi les chiffres qui reflètent l’impact effectif de la pandémie sur le nombre et le rythme des procédures. Et a résumé la situation ainsi: «Le système a tenu et a absorbé le choc. Nous avons réussi à répondre à nos missions et aux besoins de la population, même si du retard a été pris dans certaines affaires.»

Lire aussi: Comment le Covid-19 a chamboulé la justice genevoise