Le défi est énorme, mais les autorités l’ont globalement bien relevé. C’est l’avis de la Confédération et des cantons, qui se gratifient d’une note positive sur l’accueil des réfugiés ukrainiens, au moment de dresser un premier bilan trois mois après le début de la guerre. En deux mots, tout n’est pas parfait, mais l’essentiel fonctionne.