Transports

L’achat controversé de deux nouveaux avions devant le parlement

Le Conseil fédéral veut acquérir deux jets d’occasion de la Rega pour assurer des opérations d’aide humanitaire, des transports militaires, mais aussi pour renvoyer des migrants déboutés. Il s’y est déjà cassé les dents par le passé

L’achat d’avions de transport par la Confédération revient sur le devant de la scène. Le Conseil fédéral souhaite se procurer deux jets d’occasion de la Rega de type Bombardier Challenger CL604, 16 ans d’âge, a annoncé mercredi le ministre de la Défense Guy Parmelin. Il soumet au parlement un crédit de 13 millions de francs.

Le Service de transport aérien de la Confédération dispose aujourd’hui de plusieurs hélicoptères ainsi que de quatre avions. Le Conseil fédéral en utilise deux principalement. Il a volé 435 heures en 2016. Les deux autres avions sont au service des départements, qui ont volé 243 heures en 2016.

Mais voilà, les capacités de transport aérien de la Suisse restent insuffisantes, de l’avis du gouvernement. En achetant les deux jets d’occasion de la Rega, il souhaiterait disposer de «davantage de souplesse» et aussi renoncer à de «coûteuses locations»: 28 heures de transport ont été effectuées en 2016 à bord d’avions loués par la Confédération. Une prestation qui n’est toutefois pas chiffrée.

Echec en 2004

L’intention n’est pas nouvelle. En 2004 déjà, le gouvernement avait proposé l’achat de deux avions Casa C-295. Une alliance contre nature de la gauche et de l’UDC avait alors coulé le projet.

En 2014, le gouvernement a rouvert le dossier. Trois motions parlementaires sont venues appuyer sa démarche, dont deux émanant du Parti socialiste, qui y voyait une occasion de mettre davantage l’armée au service de la promotion de la paix. La conseillère aux Etats Géraldine Savary (PS/VD) donnait alors ces exemples: «En 2014, par deux fois, la Confédération a dû renoncer à intervenir dans le cadre de missions à l’étranger par manque d’infrastructures de transport. En Libye, dans le cadre du rapatriement du personnel de l’ambassade de Suisse, en Afrique dans le cadre de l’intervention internationale contre l’épidémie provoquée par le virus Ebola. Plusieurs fois par semaine, la Suisse loue un avion de transport espagnol pour amener hommes et matériel dans le cadre de ses missions de maintien de la paix au Kosovo.»

Le renvoi de migrants braque la gauche

Apprenant par le ministre Ueli Maurer que cet avion pourrait servir à renvoyer des requérants d’asile déboutés, les Verts et une partie du PS boudaient toutefois la proposition de Géraldine Savary au Conseil national. Pour d’autres raisons, notamment le fait que le budget de l’armée ne doit pas servir en priorité à des missions de promotion de la paix, une majorité de droite se joignait à la fronde.

Aujourd’hui, Guy Parmelin revient à la charge sans ambiguïté sur les missions auxquelles les deux avions de la Rega seront destinés: évacuation et rapatriement de citoyens suisses, transport de soldats de la Swisscoy, mais pas uniquement. «Ces deux appareils pourraient aussi être mis à disposition pour renvoyer des migrants», indique l’UDC vaudois. Il n’y a selon lui rien de neuf, sachant que l’actuel avion de type Beechcraft 1900 D engagé par la Confédération, que les deux jets remplaceraient, sert déjà ponctuellement à cet effet. L’UDC vaudois misera sur l’argument économique pour convaincre le parlement: «Le fait d’acheter ces deux avions éviterait d’injecter 2 à 3 millions dans le Beechcraft, qui a besoin d’être modernisé, et nous offrirait une marge de manœuvre pour procéder au maintien des valeurs du Falcon.»

3000 francs par soldat

Guy Parmelin a aussi présenté mercredi la liste d’emplettes 2018 de l’armée suisse, qui se monte à 2,053 milliards de francs. Il s’agit notamment de renouveler l’équipement et l’habillement de chaque soldat, pour 3000 francs par recrue.

Publicité