Rendez-vous annuel des ministres de la Défense et des chefs espions de l’espace atlantique, la Conférence sur la sécurité de Munich n’a pas été atteinte par les vagues de l’affaire Crypto AG, ce «coup du siècle» pour la CIA. Les représentants suisses – la ministre de la Défense, Viola Amherd, et le chef du Service de renseignement de la Confédération, Jean-Philippe Gaudin – n’ont pas été interpellés par leurs collègues, sachant que le pays hôte, l’Allemagne, et la principale délégation, venue des Etats-Unis, sont les deux Etats ayant profité de cette escroquerie. Ils ne désiraient pas non plus répondre aux médias.

Lire aussi: Le scandale Crypto AG, une tache sur l’image de la Suisse