Panorama

L'agriculture mondiale ne sera pas présidée par un Suisse

Le Fribourgeois d'adoption Fritz Glauser n'a pas été élu à la présidence de l'Organisation mondiale des agriculteurs. Les délégués ont désigné le candidat sud-africain

Le Suisse Fritz Glauser ne présidera pas l'Organisation mondiale des agriculteurs (OMA). Les délégués de l'assemblée générale, qui se tient à Helsinki, lui ont préféré le candidat sud-africain Theo de Jager.

Trois personnes étaient sur les rangs pour occuper cette fonction, en remplacement de la Zambienne Evelyn Nguleka. Vice-président de l'Union suisse des paysans (USP) et vice-président ad interim de l'OMA, Fritz Glauser partait confiant étant donné qu'il avait le soutien des pays européens. Le retrait de la course du candidat néo-zélandais William Rolleston a joué en défaveur du Fribourgeois d'adoption, estime l'USP.

Il partait pourtant favori

Fritz Glauser a pourtant bénéficié d’un large soutien, notamment des pays européens. Il connaît l’organisation internationale de l’intérieur puisqu’il est entré au comité fin 2015. Il en est le trésorier, et même, donc, le vice-président ad interim depuis l’an dernier. Une ascension rapide qu’il n’avait pas prévue car elle a reposé sur des circonstances tragiques. Accusée de corruption dans une affaire impliquant le syndicat des agriculteurs zambiens, Evelyn Nguleka a remis sa démission de la présidence de l’OMA en septembre dernier. Elle est décédée subitement en février 2017.

Lire aussi: Fritz Glauser, au sommet de l’agriculture

Publicité