L'Aide suisse aux montagnards (ASM) a spéculé en bourse et perdu 16 millions de francs ces deux dernières années. Pourtant, même si ses capitaux ont diminué de 12,4 millions de francs l'an dernier, il lui reste 100,7 millions dans la caisse, un montant plutôt inhabituel pour une œuvre d'utilité publique.

L'an dernier, l'ASM a perdu presque autant d'argent à la bourse qu'elle en a reçu de ses donateurs, comme l'a annoncé samedi le Tages-Anzeiger. Durant la seule année 2002, ses placements ont perdu 8,3 millions de francs de leur valeur, comme on peut le voir dans ses comptes annuels. Durant ces 12 mois, la récolte de dons a permis à l'ASM d'engranger plus de 8,6 millions.

De son côté, le président de l'ASM, l'ancien conseiller fédéral Adolf Ogi, a répondu aux critiques en soulignant que l'argent de l'ASM n'a pas été investi dans des placements à risques. Durant les années 1998 et 1999, l'ASM a gagné de l'argent alors qu'elle en a perdu les deux suivantes. Il faut le déplorer», a relevé Adolf Ogi, tout en observant que ces pertes en capitaux ont été de moindre ampleur que le recul des valeurs boursières.

Adolf Ogi espère que les placements de l'ASM vont retrouver leur valeur. Pour ce qui concerne le capital de 100,7 millions de francs, le président de l'ASM a expliqué qu'une grande partie des dons a été faite sous condition pour des tâches et dans des buts précis. Ce qui limite leur attribution. Il a toutefois reconnu que l'ASM avait besoin d'une direction plus professionnelle

Il est inhabituel que des œuvres d'utilité publique thésaurisent de l'argent, a déclaré à la télévision alémanique Ernst Zust, vice-président du ZEWO (Service spécialisé suisse des institutions d'utilité publique collectant des dons). Une œuvre d'entraide n'a généralement pas besoin de réserves financières dépassant deux années de dépenses.

Lorsqu'une fondation commence à thésauriser de l'argent, il faut alors prendre des mesures pour l'en empêcher, selon Ernst Zust. Il a également expliqué au SonntagsBlick que l'ASM va faire l'objet d'une nouvelle certification ces prochains mois. Le ZEWO se promet de vérifier si de l'argent a été thésaurisé au lieu d'être affecté à des buts bien précis.

Des décisions sont attendues lors d'une séance des responsables de l'ASM mardi prochain, après l'arrivée du banquier du Crédit Suisse Klaus Jenny au sein de son comité. On devrait alors en savoir plus sur l'éventuelle mise à pied du directeur Marcel Peier et sur la désignation de son successeur. L'épouse de Marcel Peier, qui assumait officiellement des tâches administratives, a été congédiée sur-le-champ.