Carnet noir

L’ancien ministre jurassien Gaston Brahier est décédé à 87 ans

L’ancien député bernois a été le premier conseiller d’Etat jurassien libéral-radical, ministre de l’Education de 1987 à 1993. Il est le deuxième des dix-huit ministres du canton du Jura à s’éteindre, après Roger Jardin en 1995

Agé de 87 ans, retiré de la vie politique depuis qu’il a quitté le gouvernement jurassien en 1993, Gaston Brahier est décédé lundi après-midi. La chancellerie jurassienne confirme l’information, «à la demande de la famille», écrit-elle.

Gaston Brahier a été le premier conseiller d’Etat libéral-radical de la jeune histoire du canton du Jura. En 1979, à l’entrée en souveraineté, le PLR a été tenu hors du gouvernement, puni pour n’avoir pas recommandé de voter pour l’autonomie jurassienne le 23 juin 1974.

Entre 1979 et 1987, c’est un radical réformiste, Roger Jardin, qui a représenté la droite jurassienne à l’exécutif. A son départ, le PLR a pu faire élire l’un des siens, l’enseignant Gaston Brahier. Qui avait été auparavant député au Grand Conseil bernois de 1958 à 1966, puis membre de l’assemblée constituante jurassienne entre 1976 et 1978 et député jurassien. Il a aussi été conseiller aux Etats de 1983 à 1986, avant de devenir ministre de l’Education et de la culture durant sept ans, de 1987 à 1993.

C’est durant son mandat que le Jura a adopté une ambitieuse réforme scolaire qui est toujours appliquée, prévoyant, à l’école secondaire, un tronc commun pour tous les élèves et leurs répartitions entre trois niveaux dans les branches principales que sont le français, l’allemand et les mathématiques.

Entré dans un gouvernement dominé par les «pères» du Jura, François Lachat, Jean-Pierre Beuret, François Mertenat et Pierre Boillat, Gaston Brahier y a amené son bon sens terrien et sa bonhomie.

Démission anticipée

Pressé par son parti, il avait démissionné un an avant le terme de son deuxième mandat, en 1993, afin, espérait le PLR, de faire le lit de Michel Flückiger. Le PS avait fait le même pari avec le retrait prématuré de François Mertenat. Las, en été 1993, les électeurs avaient préféré aux caciques socialistes et libéraux-radicaux la fraîcheur des trublions PDC Pierre Kohler et Odile Montavon de Combat socialiste. Le PLR a retrouvé son rang gouvernemental en 1998 avec Anita Rion. Retraité des affaires publiques, Gaston Brahier s’est adonné à l’un de ses plaisirs, promouvoir le patois de sa région.

Survenu quelques jours après celui de l’ancien vice-chancelier Jean-Claude Montavon, 70 ans – encore un père du Jura –, le décès de Gaston Brahier émeut un canton du Jura qui a connu, en 36 ans d’existence, dix-huit ministres au total. Il est le deuxième à s’éteindre après Roger Jardin en 1995.

Publicité