Éditorial

L'appel maladroit et déplacé d'Ignazio Cassis

Le dossier européen doit être expliqué en permanence à un monde politique et à une population qui peinent à le comprendre et c'est bien ce qu'entend faire Ignazio Cassis: mieux communiquer autour de cette problématique

Ignazio Cassis dit avoir identifié trois touches «reset». L’un des boutons concerne la communication. Sur ce plan, on peut lui donner raison: complexe et protéiforme, le dossier européen doit être expliqué en permanence à un monde politique et à une population qui peinent à le comprendre. Trop imprégné de la conviction qu’un bon accord s’imposerait de lui-même, Didier Burkhalter a négligé ce point durant les dernières années de son mandat.

Son successeur veut réinventer un schéma narratif et changer le vocabulaire pour mieux faire comprendre la nécessité d’assurer aux entreprises suisses l’accès à une clientèle européenne vitale. Avec une part de 113 milliards de francs sur un total de 210 milliards en 2016, l’Union européenne absorbe plus de 50% des exportations, contre 15% pour les Etats-Unis et 5% pour la Chine. Il n’a donc pas tort de parler désormais d’«accord d’accès au marché». C’est plus inspirant qu’«accord-cadre» ou «accord institutionnel».

Lire aussi: Ignazio Cassis de Dijon

Il s’est saisi de son bâton de pèlerin pour aller prêcher la bonne parole à travers le pays. A la mi-janvier, il s’est exprimé à l’Albisgüetli devant un parterre d’élus de l’UDC zurichoise forcément imperméables à ses arguments. Il a enchaîné jeudi à Lugano, où il a tenu un discours pédagogique et professoral devant une brochette d’étudiants de l’Université de la Suisse italienne. Parfaitement trilingue, le Tessinois poursuivra ce travail de bénédictin. C’est très bien.

Lire aussi: Le professeur Cassis en leçon probatoire

Mais il semble croire un peu benoîtement que les médias doivent boire ses paroles et s’interdire de s’interroger sur ce que veut réellement le Conseil fédéral. L’appel maladroit qu’il a lancé mercredi soir à des journalistes perplexes est déplacé. Ceux-ci ont souligné la cacophonie qui a marqué les interventions de plusieurs conseillers fédéraux à Davos. C’est leur rôle. Cela l’est d’autant plus que la dissonance est bien réelle.

Insurmontables différences?

Les deux ministres UDC ont une approche différente de leurs collègues et Ueli Maurer ne rate aucune occasion de le faire savoir. La cacophonie est devenue encore plus audible après le 9 février 2014, date de l’acceptation de l’initiative sur l’immigration. Les trois membres du gouvernement directement concernés par le dossier européen se sont alors laissé guider par leur propre agenda. Didier Burkhalter avait la délicate mission de négocier un accord global sur la base d’un mandat adopté à peine deux mois plus tôt. Johann Schneider-Ammann a privilégié le contact avec les programmes de recherche et de formation. Simonetta Sommaruga a donné la priorité aux questions migratoires et elle dispose depuis 2015 de son propre secrétaire d’Etat.

Ces différences de vues n’ont jamais été surmontées. On s’est aperçu qu’elles étaient encore vivaces mercredi, lorsque Johann Schneider-Ammann et Simonetta Sommaruga ont fait part des réserves que la stratégie de leur collègue Ignazio Cassis leur inspirait. Sans doute ont-ils craint que le secrétaire d’Etat Roberto Balzaretti n’occupe trop de place. C’est le rôle de la presse de soulever et d’analyser ces divergences. Les médias d’Etat, il faut les laisser à d’autres pays.

Lire également: Ignazio Cassis a trouvé trois boutons «reset»

Publicité