Ce mardi vers 8h30 du matin, deux avions de chasse suisses ont intercepté et escorté entre les frontières française et autrichienne le vol LY002 en provenance de New York. L’appareil de la compagnie israélienne El Al, transportant des touristes à destination de Tel Aviv, avait fait l’objet d’une alerte à la bombe des autorités américaines.

Faux signalement. Les recherches effectuées en plein vol n’ont décelé aucun explosif à bord du Boeing 747. L’avion a pu atterrir l’après-midi même, sans encombres dans la capitale israélienne. Une chance que l’alarme a retenti durant les heures d’ouverture de bureau des forces aériennes suisses. Ces dernières sont plus exactement disponibles entre 8h et midi, puis de 13h30 à 17h.

Deux détonations à Schaffhouse

En effet, la chasse helvétique avait manqué en février 2014 le détournement d’un gros-porteur éthiopien vers Genève. Au lieu de F/A-18, les passagers terrorisés s’étaient posés à Cointrin sous la garde rapprochée de deux Mirages 2000, appartenant à l’armée française. L’épisode avait finalement conduit la Confédération à promettre de remédier à la situation, mais pas avant 2020, le problème étant d’ordre financier.

Lire aussi: Les pilotes suisses respecteront les horaires de bureau jusqu’en 2020 

Le relais des opérations aériennes militaires dans les différents espaces aériens d’Europe s’est donc passé sans encombres mardi. L’armée française est parvenue à atteindre la centrale d’engagement de son homologue helvétique, qui a rapidement fait décoller ses troupes d’élite de Payerne (VD). Mission policière accomplie avec, en prime, un mur du son franchi près de Schaffhouse au moment du petit-déjeuner.