Le nombre total de jours de service militaire devrait être réduit à 5 millions par an, au lieu de 6,5 millions actuellement. Cette réduction des jours de service devrait avoir une conséquence directe sur les cours de répétition des citoyens-soldats. Dans le cadre des mesures immédiates qui doivent concrétiser les mesures d’économie, l’armée devra étudier les économies potentielles qui découleront d’une réduction de 20 à 40 jours du nombre de jours de service durant leur carrière, soit un à deux cours de répétition en moins.

D’autre part, le Département de la défense pourrait être amené à supprimer jusqu’à 2500 emplois, sur 10 000, d’ici 2020, et à condamner un certain nombre de casernes et places d’armes dans le pays, a annoncé ce lundi le ministre de la Défense Ueli Maurer. Ce sont les principales conséquences envisagées dans le mandat d’étude attribué par Ueli Maurer au chef de l’Armée, André Blattmann, à la secrétaire générale du DDP, Brigitte Rindlinsbach, et au chef de l’armement Jakob Baumann.

Le conseiller fédéral Ueli Maurer doit en effet trouver un milliard d’économie par an pour respecter le cadre des dépenses imposé par le rapport sur l’armée approuvé par le Conseil fédéral. L’effectif pris en compte par l’étude est celui d’une armée de 80 000 hommes, mais le département de la Défense devra aussi présenter des variantes pour une armée de 60 000, 100 000 ou 120 000 hommes, à la demande de la commission de politique de sécurité du Conseil des Etats.

Des mesures immédiates doivent éviter de poursuivre des investissements dans des activités et projets dont la poursuite n’est pas garantie au-delà de 2015. Parmi les pistes évoquées par le chef de l’Armée, figurent la suppression de systèmes d’armes, comme l’artillerie de forteresse, le renoncement à équiper complètement des troupes mises à disposition des autorités civiles, la réduction du nombre de cadres et de spécialistes. Les mesures immédiates doivent être prêtes d’ici le premier trimestre 2011.