L'assemblée générale du personnel du centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) appelle à une journée de grève le 23 juin prochain, à Lausanne. Celle-ci reproche au canton de Vaud de ne pas vouloir augmenter les effectifs et de se montrer trop restrictif dans l'octroi de sa prime Covid.

Revalorisation salariale

Une centaine de personnes ont participé, mardi 25 mai, à cette assemblée générale extraordinaire organisée en présentiel et en visioconférence. La résolution appelant à la grève le 23 juin a été soutenue «à une très large majorité», a expliqué David Gygax, secrétaire du Syndicat des services publics Vaud.

Outre une journée de grève, les participants ont donné leur feu vert à l'organisation d'une manifestation en fin de journée le 23 juin. L'ensemble du personnel du secteur vaudois de la santé est invité à y participer.

Selon cette résolution, «aucun effort budgétaire n'est fait par le Conseil d'Etat pour renforcer les effectifs au CHUV, notre revendication centrale». La question de la revalorisation salariale suscite aussi des critiques.

«Au bout du rouleau»

Quant à la prime Covid d'un montant de 900 francs débloquée en février par le canton, son octroi est jugé «opaque» et «trop restrictif», relève encore David Gygax. Il souligne que si la prime pouvait aller au personnel impliqué dans la deuxième vague du nouveau coronavirus, elle n'englobait pas la première vague, «excluant» ainsi de nombreux soignants.

Sur ce sujet: Face au virus, des soignants épuisés  

«Le personnel est au bout du rouleau, avec des taux d'absence pouvant aller de 20 à 30% dans certains services au CHUV, a affirmé le porte-parole du SSP Vaud. On ressent aussi beaucoup de colère.»

Pour mémoire, le personnel de la santé avait déjà mené plusieurs actions de protestations fin octobre dans le canton de Vaud. Une manifestation avait notamment réuni environ 600 personnes le 28 octobre 2020 dans les rues de Lausanne. Mais malgré cette mobilisation et «notre engagement sans relâche contre le Covid, les négociations n’ont pas débouché sur des avancées.» Le syndicat et les membres du personnel espérèrent donc, cette fois-ci, réussir à se faire entendre.