RéSISTANCE

L’assistante en histoire européenne qui mobilise les jeunes

Portrait de Flavia Kleiner, assistante en histoire européenne à l’Université de Fribourg. Elle dirige l’Opération Libero, fondée au lendemain de la votation du 9 février

L’assistante en histoire européenne qui mobilise les jeunes

«L’Union européenne est notre partenaire. Nous devrions cesser de la considérer comme notre ennemie», se désole Flavia Kleiner. «Mais plus personne n’ose en parler. Voilà pourquoi les jeunes – les forces vives – doivent s’emparer de la discussion.»

L’universitaire alémanique de 23 ans est à la tête d’un nouveau groupement: l’Opération Libero, créée au lendemain de la votation du 9 février «contre l’immigration de masse». A l’origine, il s’agissait d’une trentaine de personnes, des jeunes du milieu académique qui s’étaient rassemblés à Berne, consternés par les résultats du vote. Puis les réunions ont attiré de plus en plus de monde, explique l’assistante en histoire européenne à l’Université de Fribourg.

La responsable de l’Opération Libero entend développer un mouvement plus large, attirant des personnes d’âges et de milieux divers, pour la promotion d’une Suisse ouverte et progressiste.

Plusieurs membres de l’Opération Libero s’engagent aussi au Forum de politique étrangère Foraus, comme Stefan Schlegel, assistant en droit à l’Université de Berne, ou Ivo Scherrer, consultant. Flavia Kleiner, qui est également membre de Foraus, s’efforce de mener l’Opération Libero à maturité: elle prépare la fondation d’une véritable association basée à Berne. Le lancement officiel, ainsi que l’offensive publique, sont programmés cet automne.

Publicité