Les médias suisses seront aujourd’hui privés du fil d’informations que leur fournit l’agence ATS. Lundi soir 29 janvier, la rédaction de celle-ci a décidé de se mettre en grève en adoptant une résolution par 124 voix contre 8. Elle s’oppose aux mesures de restructuration annoncées le 8 janvier dernier par l’agence de presse dans le cadre de sa fusion prévue avec Keystone. Actuellement, l’agence nationale d’information n’est plus rentable: elle devrait faire un déficit de 3,1 millions cette année.

Nous ne faisons plus confiance à cette direction pour trouver des solutions constructives dans l’intérêt de tous les actionnaires

L’ATS avait déjà observé une grève d’avertissement de trois heures la semaine dernière. Ce dimanche, l’interview qu’a accordée son CEO Markus Schwab à la NZZ am Sonntag a remis de l’huile sur le feu. Dans la résolution, la rédaction ne cache pas sa colère envers un chef qui dit «n’avoir de comptes à rendre qu’envers les actionnaires» et qui nie le mandat de service public qui est assigné à l’ATS. «En niant ce mandat, le CEO met en danger le contrat qui lie l’ATS à la Confédération.» Ce contrat porte sur un montant de 2,75 millions par an pour un service d’information assuré par l’agence en allemand, français et italien 7 jours sur 7 et 24h/24.

Lire notre éditorial: Il ne faut pas oublier l’ATS

Dans sa résolution, la rédaction déplore le «manque de volonté de négociation» de sa direction. «Nous ne faisons plus confiance à cette direction pour trouver des solutions constructives dans l’intérêt de tous les actionnaires.»

Débat politique relancé

Cette grève pour l’instant illimitée relance un grand débat politique sur l’aide aux médias. Dimanche dernier, deux conseillers d’Etat vaudois, Nuria Gorrite et Pascal Broulis, ont certes participé à une manifestation de soutien à l’ATS. Mais rien de concret ne s’est réalisé jusqu’ici.

Hier lundi à Berne, la sénatrice Géraldine Savary (PS/VD) a mis le sujet à l’agenda de la Commission des transports et des télécommunications (CTT) du Conseil des Etats, dont elle est membre. Elle voulait que la Confédération fasse pression sur la direction de l’ATS à travers le soutien de deux millions que le Conseil fédéral prévoit pour elle dans le cadre de la nouvelle redevance radio-TV. Géraldine Savary souhaitait que la CTT adopte une motion de commission pour demander l’intervention du Conseil fédéral dans ce dossier. Mais la commission a reporté le sujet à sa prochaine séance en avril prochain.

Lire aussi: L’ATS se brouille avec les politiques