La présentation était très attendue. Jeudi matin, le Département de l’instruction publique genevois (DIP) a dévoilé les résultats d’une enquête externe commandée en décembre dernier pour «faire toute la lumière» sur le scandale des maltraitances au foyer de Mancy qui accueille des jeunes atteints d’autisme sévère. Menée par deux experts, Francine Teylouni, ancienne directrice de l’Office de l’enfance et de la jeunesse, et Pierre-Alain Dard, ex-chef de la brigade des mineurs, l’analyse confirme les dysfonctionnements révélés par l’enquête du Temps et de Heidi.news: absence de projet institutionnel, personnel insuffisamment formé, locaux inadaptés ou encore mauvaise communication. Des «lacunes structurelles» qui ont servi de terreau fertile aux dysfonctionnements et aux maltraitances dans ce foyer qui dépend de l’Office médico-pédagogique (OMP).