Santé

A Lausanne, immersion dans le local d'injection du Vallon, dernier né en Suisse

Les toxicomanes apprivoisent l’espace de consommation sécurisé du Vallon, décrié par les uns, très attendu par les autres. Reportage dans ce lieu qui a ouvert en octobre et recense 30 passages quotidiens

Dans le quartier lausannois du Vallon est nichée la discrète Fondation ABS (Accueil à Bas Seuil). Elle abrite le Passage et la Terrasse, qui accueillent les toxico-dépendants pour un repas, une douche, ou tout simplement un peu de chaleur et de contact humain. Mardi 18 décembre, 11h45: travailleurs sociaux et habitués se mêlent joyeusement à la Terrasse. «C’est le dernier colloque de l’année et un collègue fête son départ», glisse Matthieu Rouèche, directeur de la fondation. Dans le réfectoire du Passage, les premiers affamés font la queue avec leur plateau, ça parle fort, ça rigole. Au fond de la cafétéria, une porte s’ouvre sur l’Espace de consommation sécurisé (ECS). Changement d’ambiance. Depuis le 1er octobre, le premier local d’injection à Lausanne permet aux toxicomanes de consommer leur drogue dans un cadre sûr et encadrés par des professionnels.

Dans les débuts: Lausanne ouvre lundi les portes de son controversé local d'injection

Plus de dix doses par jour

Il est 13h15: l’espace a ouvert il y a plus d’une heure. Il est occupé par cinq usagers. L’équipe – quatre infirmiers et travailleurs sociaux en permanence sur place – s’affaire dans le calme. Un cocaïnomane d’une quarantaine d’années se hâte vers la «réception», excédé par un acolyte qui le talonne: «Sois pas trop impatient, tu l’auras aussi ta dose!» Le regard absent, il vide ses poches, dépose ses seringues souillées et tend un sac en plastique à l’infirmier avec les produits qu’il va consommer. Puis il se lave les mains.

«C’est la procédure obligatoire avant toute consommation, explique Valérie, infirmière depuis deux ans à la Fondation ABS. Nous n’avons pas les moyens de vérifier la qualité des produits, mais nous surveillons la dose qu’ils prennent et mettons le holà en cas de mélange dangereux.» Un infirmier, qui passe du réfectoire à l’espace de consommation pour chercher les toxicomanes, vient d’ailleurs de refuser catégoriquement une demande d’un usager.

Quant au dépôt du matériel souillé, c’est pour éviter tout danger au personnel en cas de réanimation. «Ce n’est heureusement encore jamais arrivé, s’empresse d’ajouter Valérie. Par contre, il se peut que des usagers piquent du nez après de la prise de fortes doses de substances.» Pour chaque prise de drogue, une feuille doit être remplie, même si un usager vient plusieurs fois par jour: nom ou pseudo, année de naissance, substance, endroit de la prise. «Nous tolérons les injections sur tout le corps, sauf à la tête et sur les parties génitales», explique Valérie.

«Nous n’injectons jamais les produits aux toxicomanes, mais nous pouvons les aider à trouver une veine ou leur donner des conseils»

Valérie, infirmière

Le cocaïnomane énumère la longe liste du matériel dont il a besoin: garrot, seringue, cuillère, acide ascorbique, spatule. Il s’assoit à l’une des deux longues tables en aluminium prévues pour les injections, dans l’espace ouvert à côté de la réception. Prêt à intervenir si nécessaire, un infirmier se tient près des tables et surveille discrètement les faits et gestes des usagers. «Nous n’injectons jamais les produits aux toxicomanes, mais nous pouvons les aider à trouver une veine ou leur donner des conseils», évoque Valérie.

Le cocaïnomane déballe le matériel, dissout la poudre blanche en la remuant avec dextérité avant de se piquer dans le creux du bras. Il se lève presque aussitôt, marche en rond dans la salle avec une gaze sur le bras tout en parlant de manière détendue aux infirmiers: «Ah, elle passe bien celle-là.» Il plaisante avec l’équipe. Puis il remet sa veste et annonce qu’il va revenir dans «dix minutes, après un petit tour». Sur les sept heures d’ouverture quotidienne, «certains viennent plus de dix fois», dit Valérie. A l’autre table, un trentenaire, également cocaïnomane, utilise un paravent: il a pour habitude de s’injecter le produit dans l’aine. Il a à peine fini qu’il prend le personnel de court: «J’ai une envie violente d’uriner», lâche-t-il confus. Valérie le conduit au petit coin hors de l’espace de consommation. Le jeune homme va revenir pour reprendre une dose de cocaïne.

Durant le débat politique: Baroud d’honneur contre le local d’injection lausannois

Femmes minoritaires

Dans une petite salle vitrée, deux hommes, plus âgés et barbus, sont assis autour d’une table ronde et préparent tranquillement leur pipe à crack avant d’inhaler le stupéfiant. L’un d’eux a dépassé le temps imparti. Un infirmier vient le lui signaler. «Trois quarts d’heure, ça permet de discuter avec l’usager avant la prise de drogue, pour lui de préparer sa dose, d’attendre et de profiter de l’effet s’il le souhaite, dit Valérie. Certains prennent tout ce temps, d’autres le font très vite.»

«Nous ne sommes pas là pour leur faire la morale, le but n’est pas l’abstinence. Nous répondons à leurs besoins primaires dans un cadre non discriminant», souligne Matthieu Rouèche, patron des lieux. La majorité des usagers consomme de la cocaïne et de l’héroïne, la première souvent en association avec un opiacé (morphine, benzodiazépine) qui a un effet dépresseur. Près de 70% des prises de drogue se font par injections, près de 30% par inhalations. Le sniff, qui a aussi sa propre salle, est marginal.

Retour à la table d’injection. Cachée dans un coin, une femme plutôt jeune, les traits abîmés, s’affaire péniblement devant un miroir à se trouver une veine dans le cou, plein de bleus. Elle finit par se lever, une fois l’injection faite. Elle marche en titubant, baragouine des semblants de phrases.

Des femmes en minorité

Si les femmes restent largement minoritaires, leur fréquentation à la Fondation ABS a doublé avec l’ouverture du local d’injection: de 8%, elle est passée à 16%, dit Matthieu Rouèche. Un signe que l’ECS répond à un besoin. «Il est plus difficile pour une femme de venir dans une structure comme la nôtre, car la plupart se prostituent pour se payer la drogue», relève Valérie.

L’espace de consommation voit affluer 25% de nouvelles têtes, autre signe de son utilité, selon Matthieu Rouèche. Certains sont connus du Distribus, bus géré par la fondation qui fournit du matériel de consommation à La Riponne entre 19h et 21h. Les usagers ont en moyenne entre 35 et 40 ans, une clientèle vieillissante. «Ayant grandi dans une société plus individualiste, les jeunes s’identifient moins à la scène de la drogue des années 1990.» Si la plupart sont domiciliés à Lausanne, d’autres viennent de loin: Yverdon, Gros-de-Vaud, Bex, voire du Valais. «Lausanne est un lieu de convergence pour se procurer les substances, pas pour se les injecter», précise Matthieu Rouèche.

Fréquentation en hausse

Depuis octobre, la fréquentation est en hausse, selon le patron des lieux. «On dénombre près de 2000 consommations et 180 personnes enregistrées. La moyenne est de 30 prises (de drogue) par jour, avec quelques pics à 50.» On est encore loin des 100 passages quotidiens visés et des 500 à 600 usagers: «Face à une nouvelle structure, les consommateurs ont besoin d’un temps d’adaptation. Bien que sécurisé, un lieu comme l’ECS implique de changer ses habitudes et d’oser franchir nos portes. Cela revient à se positionner vis-à-vis de sa dépendance», répond le directeur. Les personnes qui n’admettent pas leur toxicomanie refusent souvent d’y mettre les pieds: elles passent au Distribus et prennent la drogue dans la rue.

Quant aux horaires d’ouverture (12h-19h), le responsable est conscient que ce n’est pas suffisant: «Les heures du matin sont importantes. Les toxicomanes, souvent sans domicile fixe, utilisent donc la rue, les parkings, la forêt.» Or l’ECS a justement pour mission d’éviter les consommations dans l’espace public. Mais qui dit extension des horaires, dit budget plus élevé et négociation avec les autorités. Un bilan après dix-huit mois, basé sur les habitudes et remarques des consommateurs, doit évaluer la nécessité d’ouvrir plus longtemps.

Quel est l’écho du côté des riverains? «Nous n’avons pas eu d’opposition particulière, ni de plaintes. Nous collaborons étroitement avec l’association de quartier. La population est tolérante. En contrepartie, la fondation l’aide à aménager des jardins», assure Matthieu Rouèche qui balaie aussi les craintes d’un déplacement du deal au Vallon.


Une longue attente

Projet pilote sur trois ans, l’Espace de consommation sécurisé était attendu depuis longtemps dans la capitale vaudoise. En 2007, les Lausannois rejetaient la mise en place d’un local d’injection. C’est après avoir digéré ce refus et fort des résultats encourageants ailleurs en Suisse que la municipalité a proposé ce projet pilote. Malgré un débat houleux, le Conseil communal l’acceptait en 2017, sans que le référendum soit saisi.

Lausanne était l’une des dernières grandes villes à ne pas disposer d’un tel espace. La structure lui coûte un peu plus d’un million de francs par an. Bâle a été la pionnière en 1986. A Genève, le Quai 9 existe depuis 2001. Zurich, Berne, Bienne, Lucerne, Schaffhouse et Soleure sont aussi équipées depuis de nombreuses années. Un projet est en discussion à Yverdon.

Publicité