Ils ont déjà lancé leur propre démarche participative il y a plusieurs semaines. «Ils», ce sont les membres du comité d'initiative qui récoltent des signatures dans les rues de la capitale vaudoise pour tenter de sauver le stade de la Pontaise de la démolition. Ou pour implanter deux stades au nord de la ville (celui de foot et celui d'athlétisme), le texte étant pour le moins évasif à ce sujet.

Toujours est-il qu'hier, c'est Lausanne qui annonçait le lancement de sa «démarche participative» sur l'un des plus grands projets urbanistiques qu'ait connus la ville. Un projet «à couper le souffle», se réjouit la municipale (exécutif) socialiste Silvia Zamora: démolition du stade de la Pontaise avec création d'un écoquartier à son emplacement, construction d'un nouveau stade de football au sud, d'un nouveau stade d'athlétisme et d'une piscine olympique, entre autres. Derrière la notion de «démarche participative», quelques paramètres «non négociables», comme la destruction de la Pontaise. Des mots quelque peu «malheureux», selon Silvia Zamora, prononcés il y a belle lurette par la municipalité et qui ont fait craindre à d'aucuns que plus rien n'était négociable. «Mais pour que le projet se fasse, il faut bien libérer de la surface et donc démolir le stade de la Pontaise. Pour le reste (ndlr: écoquartier, stade d'athlétisme) tout est à définir, les habitants se trouvent devant une page blanche.»

Les autorités trancheront

Si le périmètre du futur écoquartier est défini, ses divers aménagements ou encore sa densité restent à définir. Selon les vœux de la municipalité, toutes les idées doivent être collectées et triées d'ici à la fin de l'année. Au final, les autorités politiques trancheront. Une grande journée de promotion de la démarche est organisée le 4 juin prochain au Casino de Montbenon tandis qu'une plateforme internet permettra à la population de dialoguer sur l'ensemble du projet Métamorphose.

Initiative contre-projet

Oui, mais n'est-ce pas trop tard pour lancer une démarche participative alors que des initiants battent déjà le pavé sur la question depuis plusieurs semaines? «Non, nous n'arrivons pas trop tard», répond Silvia Zamora. «Nous avançons à notre rythme et si l'initiative n'aboutit pas (ndlr: il faut récolter 8200 signatures d'ici juillet) nous n'aurons pas pris de retard. Si l'initiative aboutit, elle fera sans doute office de contre-projet à Métamorphose.»