drogue

Lausanne ouvre lundi les portes de son controversé local d'injection

Dans le quartier du Vallon, l’espace offrira les ustensiles, mais pas de drogue. Le projet suit un précédent refus populaire, en 2007

A Lausanne, l'espace de consommation sécurisé de drogues accueillera dès lundi ses premiers usagers. La structure table sur une centaine de consommateurs par jour.

Troisième espace de ce type à voir le jour en Suisse romande après Bienne et Genève, le local lausannois situé au Vallon sera ouvert chaque jour de l'année de 12h à 19h. Il s'adresse aux personnes, en priorité des Vaudois, qui consomment de manière problématique des stupéfiants et s'insère dans un dispositif addiction déjà existant.

Une étude de chercheurs lausannois: «L'héroïne fait désormais partie des drogues les moins populaires»

Limiter la prise de drogue dans la rue

«Cet espace se veut sécurisé à différents points de vue», a expliqué vendredi à Lausanne Matthieu Rouèche, directeur de la fondation ABS, qui accompagne les toxicomanes et gère notamment ce lieu. Il incite les consommateurs à ne pas se droguer «dans des parkings, des cages d'escaliers ou en forêt».

Lire aussi: Vers la fin de l’exception vaudoise face aux drogues

Pas de drogue sur place

L'endroit, qui ne fournit pas de drogue, propose du matériel propre: seringues, cuillères ou acide ascorbique en lieu et place du citron que les usagers traînent parfois longuement dans leurs poches et qu'ils utilisent pour dissoudre certaines substances.

«L'espace se veut aussi sécurisant avec une équipe formée à accompagner les usagers et sachant par exemple procéder à des réanimations», précise le directeur. Quatre collaborateurs seront présents en permanence sur place et un agent d'accueil et de sécurité le surveillera.

Une expérience pour trois ans

Ce projet-pilote, d'une durée de trois ans, a été mis sur pied après le refus par les Lausannois d'un local d'injection en 2007. La structure coûtera 1,26 millions de francs par an à Lausanne et un premier bilan intermédiaire est prévu après dix-huit mois.


Notre éditorial lors de la crise du deal de juin, en juin 2018: Plus qu’un énième plan policier, Lausanne a besoin d’assises de la drogue

Publicité