Distribution 

Lausanne: le PLR Pierre-Antoine Hildbrand à la police 

Dans une Municipalité de Lausanne largement réorganisée, le nouveau syndic Grégoire Junod reprend l’urbanisme.

Seul représentant de la droite à la Municipalité de Lausanne, le nouvel élu PLR Pierre-Antoine Hildbrand reprend le dicastère de la sécurité. «Il y a une grande logique à ce que je me charge de ce domaine auquel mon parti accorde beaucoup d’intérêt», a-t-il déclaré en commentant la répartition des dicastères. Selon le syndic socialiste Grégoire Junod, la distribution des portefeuilles s’est faite «dans le consensus et en tenant compte des compétences de chacun.»

Lire aussi: Pierre-Antoine Hildbrand, un seul élu pour 40% des Lausannois

S’il doit reprendre la police, Pierre-Antoine Hildbrand trouvera un supplément d’âme – c’est son expression – dans l’autre partie de son portefeuille, l’économie. L’ambition affichée par l’actuel secrétaire patronal est de transformer la police du commerce, souvent décriée comme ennemi de l’esprit d’entreprise, en service favorable aux activités économiques en ville.

Deux autres nouveaux

Il y a deux autres nouveaux dans l’exécutif lausannois. La Verte Natacha Litzistorf reprend la politique du logement, qui est un domaine prioritaire pour la gauche au pouvoir. S’y ajoutent les parcs et la cellule du développement durable. Le popiste David Payot reprend, avec les contrats de quartier, les écoles et l’accueil de jour, qui étaient jusqu’ici de la responsabilité d’Oscar Tosato.

Lire aussi: Trois nouveaux visages pour Lausanne

Ce dernier, qui a renoncé à revendiquer une syndicature à laquelle il pouvait prétendre par son ancienneté et sa popularité, obtient comme en compensation la direction des sports, tout orientée vers la préparation des Jeux olympiques de la Jeunesse 2020. Son dicastère comprend aussi les services de la cohésion sociale. L’écologiste Jean-Yves Pidoux est le seul à conserver un département inchangé, celui des services industriels.

Syndic du développement urbain

La nouvelle Municipalité de Lausanne subit en effet un large remaniement, que semble justifier surtout la volonté de composer des portefeuilles satisfaisant leur titulaire. On compte sur un usage intensifié des délégations municipales pour rétablir au besoin la cohérence.

Avec le départ du PLR Olivier Français, désormais conseiller aux Etats, la grande direction des travaux est dispersée. Grégoire Junod reprend le service de l’urbanisme. Cela traduit sa volonté de se profiler comme syndic du développement urbain, dans les années de grands chantiers auxquelles Lausanne fait face après les années de planification. Mais le secteur de la mobilité, avec les projets du prochain métro, le M3, et du tram, passe à Florence Germond, qui garde par ailleurs les finances. Le syndic conserve par ailleurs la culture.

Publicité