Pour la Municipalité (Exécutif) de la ville de Lausanne, c’est le jour du triomphe. Par 56% des voix, les Lausannois viennent en effet d’accepter les grandes lignes du projet Métamorphose qui était contré par une initiative populaire demandant le maintient de l’entier des installations sportives dans le quartier de la Blécherette – initiative intitulée «Deux stades au Nord».

Concrètement, la Ville va pouvoir tout prochainement lancer un appel d’offres pour construire un nouveau stade de football et une piscine olympique au sud de Lausanne. A terme, le stade de la Pontaise, construit en 1953 pour accueillir la Coupe de monde de Football de 1954, sera démoli et tout le plateau de la Blécherette devrait se transformer en un vaste écoquartier de 2000 logements. Ajoutez à cela le refus ce dimanche de la police unique au niveau cantonal, qui aurait signifié la disparition du corps de police municipal et pour lequel les autorités se sont fortement engagées, et vous obtenez la journée parfaite de Daniel Brélaz et de son équipe.

Le rejet de l’initiative constitue un grand soulagement pour la Municipalité car cette initiative avait, dans une certaine confusion des arguments, fini par devenir une sorte de référendum contre le cœur même du programme de législature. Le programme non seulement de la majorité rose-rouge-verte, mais de la presque totalité des partis de la capitale vaudoise, le parti libéral-radical et l’UDC étant favorables au projet Métamorphose. Seul le PDC – très minoritaire à Lausanne –, et A gauche toute ont combattu contre le vaste plan urbanistique. Historiquement, les citoyens lausannois n’ont jamais hésité à gifler ses élus en refusant de grands chantiers urbanistiques: construction d’un vélodrome, réaffectation de l’aéroport de la Blécherette, nouvelles infrastructures scolaires, jeux olympiques, etc. Autant de projets qui ont passé par la trappe des urnes.

Ce dimanche, une fois les résultats connus, le camp vainqueur a eu le triomphe modeste. «La Municipalité prend acte du résultat et le projet Métamorphose peut aller de l’avant», a sobrement commenté le syndic Daniel Brélaz à l’annonce des résultats. Souvent critiqué pour son arrogance vis-à-vis de ses opposants, l’élu écologiste semble avoir décidé de mettre du sien pour tenter une réconciliation avec les initiants qui ont promis de suivre avec attention la mise en œuvre de Métamorphose. «Il faut calmer le jeu», dit pour sa part le municipal radical des Travaux, Olivier Français, qui promet des consultations – notamment des opposants – et différentes variantes dans les grands projets que Lausanne s’est promise de réaliser au cours de ces dix prochaines années: deux nouveaux stades (un de foot, un d’athlétisme), une piscine olympique, un boulodrome, un écoquartier de 2000 logements, une nouvelle ligne de tram en direction de la Blécherette, une salle de sport spectacle et de nouveaux terrains de foot pour les clubs amateurs.