Il y a un peu plus d'une année, les vignes du Lavaux étaient inscrites au patrimoine mondial de l'Unesco. Ce coup de pub planétaire a-t-il bouleversé la vie de la région? «Pas vraiment, répond spontanément Bernard Bovy, ancien syndic de Chexbres, qui présidait le comité de candidature. Mais je dirais qu'il y a plus de monde qui se promène dans les vignes.» Les effets concrets sont cependant difficiles à évaluer avec précision, d'autant plus qu'ils ne sont pas spectaculaires, note-t-il. Même si, au niveau international, l'inscription est un gage de prestige.

«La contribution de cette inscription a été extrêmement bonne pour la région», souligne Charles-André Ramseier, directeurs de l'Office du tourisme du canton de Vaud (OTV). L'indication «site classé» est désormais accolée à Lavaux dans les guides touristiques et dans les prospectus des agences de voyages. Le logo unique, «Lavaux, vignoble en terrasses», peu porteur à l'étranger au niveau linguistique, «devient maintenant un nom plus connu au-delà des frontières», explique Katya Jobin de l'Office du tourisme de Montreux-Vevey. La visite de Lavaux est davantage programmée dans les tour-operateurs des pays limitrophes. On estime une augmentation de 30% en volume de demandes, de téléphones et de passages dans la région.»

Cela se voit également à travers le nombre de nuitées sur la Riviera. On constate une augmentation de 3,2% pour l'année 2007, soit 20669 nuitées de plus qu'en 2006. La tendance se poursuit en 2008 avec 5,5% de plus de janvier à mai par rapport à 2007. «Cette augmentation est d'ailleurs plus importante dans la Riviera que dans le reste du canton de Vaud, ajoute Charles-André Ramseier. On peut en déduire qu'il y a un intérêt international.»

Maison de la vigne et du vin

Néanmoins, le label Unesco de Lavaux n'est pas forcément déterminant dans le choix de la destination. Claude-Alain Blanc, responsable du service d'analyses à l'OTV, explique que le taux de change est le premier critère de choix de destination, vient ensuite le climat et les prévisions météorologiques. Il est par conséquent difficile de déterminer avec exactitude le motif du séjour à Lavaux.

Autre nouveauté: une inscription à Vitour, association des régions viticoles en Europe inscrites au patrimoine mondial, ayant pour objectif de développer l'œnotourisme. Un projet est à l'étude également afin d'aménager une nouvelle signalétique. Quant au plan de gestion des développements futurs, mis en place au moment de la candidature, il prend forme lentement.

Un lieu de découverte de la vigne et du vin devrait voir également le jour d'ici à une année. Les travaux ont commencé à mi-mai sur l'ancien emplacement des Moulins de Rivaz. Celui-ci «s'inscrit dans la démarche de développement durable de Lavaux», indique Vincent Chapuis, responsable du projet. Pour le reste - balades viticoles, dégustations, trains touristiques -, tout continue comme avant sous le soleil de Lavaux.