La Suisse versera 45 millions à fonds perdus, sous réserve de l'approbation des Chambres fédérales, cet automne, pour la première étape de la rénovation du siège de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) à Genève. C'est «avec un certain soulagement» que Micheline Calmy-Rey a annoncé vendredi la fin d'un long cycle de discussions et de négociations, qui assure le maintien à Genève d'une des plus importantes organisations internationales. C'est là, se réjouit la ministre des Affaires étrangères, un des plus beaux succès de la politique d'Etat hôte.

Si le Conseil fédéral sollicite auprès du parlement l'octroi d'un crédit nécessaire à une première tranche de travaux, il a en effet adopté parallèlement un accord entre la Confédération et l'OMC réglant à long terme ses besoins en matière de locaux.

Manque de place

L'OMC manque de place depuis longtemps. On sait qu'à son arrivée en 2006, le nouveau directeur, le Français Pascal Lamy, s'était prononcé en faveur d'une concentration du siège sur un même site, une option qui a fait l'objet de nombreuses variantes. C'est en fin de compte la rénovation, la densification et l'agrandissement du Centre William Rappard, dans le bâtiment historique de la rue de Lausanne érigé en 1926 pour le Bureau international du travail, qui s'est imposée. Sa première tranche est devisée à 45 millions de francs, et le crédit ad hoc sera vraisemblablement soumis au parlement à la session d'automne.

L'enveloppe totale de l'opération est devisée à 130 millions, y compris la location de bureaux durant les travaux, financée par une contribution à fonds perdus de 70 millions et un prêt sans intérêts de 60 millions. Un concours d'architecture sera lancé pour l'étude de l'extension. Les travaux devraient commencer au début de 2011 et s'achever à la fin de 2012.

L'OMC, qui compte 152 membres, constitue l'unique cadre institutionnel régulant le commerce international et sa présence à Genève développe de nombreuses synergies avec d'autres organisations internationales. L'OMC occupe actuellement 750 personnes, et ses effectifs devraient monter à moyen terme jusqu'à 1100, parallèlement au développement de ses tâches.