La volonté est une chose, la réalité une autre. A Genève, le PLR donne des signes d’anémie. Fort de 6000 membres, il n’est pas parvenu ce printemps à rassembler, avec le Centre, les 8000 signatures qu’il leur fallait pour une initiative populaire visant à limiter l’engagement de fonctionnaires. A croire que les membres eux-mêmes n’y croient plus. Alors que le parti bourgeois veut regagner le terrain perdu, l’an prochain aux élections, il peine à offrir des candidatures évidentes derrière son atout maître, la conseillère d’Etat Nathalie Fontanet.