Astronomie

L'éclipse totale de lune a été voilée par les nuages. Voici quelques photos

A la faveur d'éclaircies, certaines régions de Suisse ont eu la chance de voir une «super Lune» disparaître derrière l'ombre de la Terre, peu avant l'aube ce mardi

Les lève-tôt ont pu observer une éclipse totale de la Lune lundi matin en Suisse. Dès 5h41, l’ombre de la Terre a «englouti» la Lune pendant une petite heure. Mais les nuages ont empêché une bonne partie des Helvètes de profiter du spectacle.

Les chances d’apercevoir le satellite de la Terre étaient meilleures dans les Alpes à plus de 1500 mètres, au Tessin et en Valais, selon les météorologues. La pleine Lune s’est retrouvée dans l’ombre de la Terre dès 4h34 mais ce n’est qu’une heure plus tard que l’éclipse totale a débuté.

Une heure d’éclipse totale

L’éclipse s’est produite en Europe, en Afrique, mais aussi en Amérique du Nord et du Sud. Dans les rues de Mexico, de Los Angeles, de Paris ou de Ouarzazate, les têtes se sont levées vers le ciel pour observer le phénomène, autour de minuit pour les continents américains, peu avant l’aube en Europe et en Afrique.

L’éclipse a duré environ trois heures: une première heure où la pleine lune a été doucement «mangée» par l’ombre de la Terre, puis une heure d’éclipse totale, et enfin une heure où la Lune est progressivement redevenue pleine et brillante. En prime pour cette éclipse, la Lune était une «super Lune», le terme utilisé quand elle se trouve à une distance relativement proche de notre planète, en l’occurrence 358 000 km.

La Lune transformée en disque rougeâtre

Pendant la phase totale de l’éclipse, la Lune est apparue colorée d’une teinte rouge ou rose. Cette teinte est due au fait que la partie rouge des rayons du Soleil, bloqués par la Terre, a été filtrée et réfractée par l’atmosphère terrestre vers l’intérieur de l’ombre créée par la Terre, et donc vers la Lune.

Pour toutes les éclipses totales, le même phénomène de coloration rouge se produit, qui transforme la Lune en disque rougeâtre à la lueur faiblarde, dans une teinte chaque fois légèrement différente, en fonction des poussières ou autres substances présentes dans l’atmosphère.

Lire à ce propos: Pour comprendre la «Lune rousse» du 27 juillet 2018

A Londres et ailleurs, les amateurs d’astronomie n’ont pas eu de chance: les nuages ont bloqué la vue. Il faudra attendre 2021, 2022 ou 2029 pour la prochaine éclipse visible dans de telles conditions, selon les régions. Mais les habitants de Villa Nueva, au Guatemala, de Montevideo en Uruguay, de Mexico, de Miami ou encore de Paris ont eu de la chance. A Washington, la phase de totalité correspondait à l’heure de fermeture des bars, une veille de jour férié.

Publicité