Innovation

L'Ecole vaudoise prépare son «grand bond en avant» numérique

Pour sa première rentrée, la ministre de l’Education vaudoise Cesla Amarelle s’inscrit dans la continuité. Des innovations sont quand même au menu, notamment sur le plan technologique

C’est la rentrée pour Cesla Amarelle, nouvelle conseillère d’Etat vaudoise en charge du Département de la formation, de la jeunesse et de la culture: «La formation est la mission la plus noble de l’Etat», a-t-elle déclaré d’entrée de jeu pour sa première conférence de presse. Au centre de sa vision éducative, des valeurs «d’enseignement humaniste». Une perspective qui a été saluée par le syndicat suisse des services publics.

Trois chantiers majeurs annoncés

L’éducation numérique devient une priorité: un «grand bond en avant» est annoncé, dans une rhétorique quasi maoïste que le Grand Timonier ne renierait pas. La conseillère socialiste promet de «former les jeunes à une perception raisonnée de la Toile, ceci également dans une perspective de genre, les jeunes filles ayant parfois plus de difficulté à s’immiscer dans cette évolution».

Dans ce cadre, une journée cantonale sur le numérique dans l’enseignement verra le jour en 2017. Elle permettra de faire l’inventaire des bonnes pratiques développées par les établissements scolaires dans le domaine digital pour peut-être, en cas de réussite, les étendre à tous.

Ensuite, le renforcement des mesures socio-éducatives. Il faudra «donner des pistes aux enseignants dans la prise en charge de comportements problématiques». Un projet pilote de deux ans est ainsi lancé au sein de six établissements du canton. Ceux-ci obtiendront une aide supplémentaire, qui viendra compléter les prestations socio-éducatives existantes.

Enfin, la continuation de la mise en œuvre de la loi sur l’enseignement obligatoire (LEO), héritage de sa prédécesseure socialiste Anne-Catherine Lyon. Ce texte décrié sera réaménagé sur plusieurs points, Cesla Amarelle prenant elle-même la tête du groupe de travail chargé des réajustements. Dans ce cadre, elle a annoncé qu’elle se rendrait dans plusieurs établissements scolaires du canton pour pouvoir constater au plus près les problèmes rencontrés sur le terrain.

Publicité