Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Plusieurs parlementaires ont tricoté mercredi des bonnets roses sous la Coupole fédérale, à l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes.
© Anthony Anex/KEYSTONE

économie

Pour l’égalité salariale, réinventer la mobilisation

Les acteurs politiques unis derrière l’égalité salariale partagent un constat: sans pression extérieure, la loi renvoyée la semaine dernière en commission mettra du temps à revenir sur le haut de la pile. Mais la manière de mobiliser divise

Son appel sera-t-il suivi d’effets? Défaite la semaine dernière sur son projet d’obliger les grandes entreprises à se soumettre à un contrôle externe afin de combattre les inégalités salariales, la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga en appelle désormais à la pression de la rue. Dans Le Matin Dimanche, elle interpellait les citoyennes: «Les femmes suisses ne doivent pas oublier qu’elles n’ont jamais rien obtenu gratuitement. Il faut peut-être se remobiliser, retrouver l’esprit de la grève des femmes de 1991.»

Lire aussi notre éditorial: Un 8 mars pas comme les autres

Le 14 juin 1991, environ 500 000 femmes répondent à un appel lancé par l’Union syndicale suisse. Cette grève sert à dénoncer l’absence de concrétisation légale de l’égalité hommes-femmes entrée dans la Constitution en 1981. Cinq ans plus tard, une loi est sous toit.

2018 n’est pas 1991

Alors que cette même loi doit aujourd’hui être modifiée afin d’intégrer un dispositif contraignant, un mouvement similaire à celui de 1991 est-il envisageable? En ce 8 mars, comme chaque année à l’occasion de la Journée internationale des femmes, différentes manifestations et actions sont annoncées. Au parlement fédéral, l’appel de Simonetta Sommaruga est entendu par les milieux qui souhaitent une intervention étatique en matière d’égalité salariale. Mais sur la forme, il divise. Plusieurs raisons l’expliquent.

Lire également: Ce que le renvoi de l’égalité salariale dit du parlement

L’esprit de la grève évoqué par la ministre socialiste renvoie à l’action syndicale, un mouvement dans lequel les femmes bourgeoises ne se reconnaissent pas. «Ce que fait Simonetta Sommaruga est important. Elle est courageuse. Mais je trouve cette approche un peu démodée, affirme Doris Fiala, la présidente des Femmes PLR. Le modèle féministe de gauche est dépassé. En 2018, ce n’est plus la grève des femmes qui doit changer les choses, mais la menace de l’économie qui ne voudrait plus investir dans des entreprises qui ne respectent pas l’égalité des genres, comme l’a fait BlackRock Investments [un très influent gestionnaire d’actifs, ndlr]. Il faut montrer à ceux qui ne le savent pas encore que le respect de la diversité est un facteur de succès économique!»

Atteindre les nouvelles générations

Un deuxième problème se pose: ni l’appel à la grève ni les messages partisans ne répondent aux codes des nouvelles générations, ce qui donne le sentiment que celles-ci sont moins sensibles aux questions égalitaires. «Sans pression populaire, le projet sera encore reporté et c’est regrettable. Mais ce mouvement devrait traduire une sorte d’effarement social et généralisé face à la prise de position du Conseil des Etats», estime Philippe Nantermod (PLR/VS).

Membre du PLR Femmes, il était un partisan de la loi renvoyée en commission la semaine dernière. «On ne peut pas dire, comme on l’a entendu, que les femmes savent moins bien les langues et que cela justifie l’écart salarial inexpliqué. C’est stupide. Ou alors, si cela devait être vrai, obligeons les entreprises à faire leurs analyses pour le prouver!»

Lire aussi: La gauche genevoise veut réaliser l’égalité salariale par la loi

Une thématique qui semble mobiliser davantage les Romands

Les partisans de la loi rêvent ainsi de voir une lame de fond se lever, semblable à celle qui a visé le harcèlement à travers le hashtag #MeToo. «Je ne suis pas convaincue qu’il y ait un «gap» générationnel sur le thème de l’égalité salariale, que les jeunes y soient moins sensibles. Mais pour les mobiliser, il faut trouver le moyen d’entrer en dialogue et la manière de porter une revendication commune», affirme la conseillère nationale Rebecca Ruiz (PS/VD).

Troisième écueil: la mobilisation autour d’une thématique semble davantage dans l’ADN des Romands. Céline Amaudruz, vice-présidente de l’UDC, était contre le projet porté par Simonetta Sommaruga. Mais l’appel de la ministre à la mobilisation ne la laisse pas totalement indifférente. «Son projet était mauvais parce qu’il aurait débouché sur des mesures beaucoup trop bureaucratiques. Elle doit accepter que sa copie soit renvoyée en commission. Mais il reste important que les femmes se mobilisent pour l’égalité, qui n’est plus un thème de gauche ou de droite.»

Un passif qui pèse

L’égalité n’est certes plus un thème partisan, mais la manière de la réaliser reste différenciée selon les enjeux. A l’intention des élues de droite, femmes de gauche et du PDC rappellent le dossier de la réforme des retraites: le parlement veut convaincre le peuple de relever l’âge de la retraite des femmes à 65 ans? Eh bien qu’il consente à une avancée sur l’égalité salariale! Les femmes de droite répliquent que la gauche – qui n’a pas soutenu unanimement ses dernières candidates au Conseil fédéral (Karin Keller-Sutter, Isabelle Moret) – n’a pas de leçons d’égalité à lui donner.

Lire aussi: L’égalité salariale, ce thriller politique

Entre les deux blocs, le passif pèse. L’enjeu de la remobilisation consiste ainsi autant dans le fait de renouveler les codes que de valoriser la complémentarité des approches. La coprésidente d’Alliance F, Kathrin Bertschy (Vert’libéraux/BE), l’a bien compris: «Chacun a son rôle. Il y a ceux qui peuvent descendre dans la rue pour dire pourquoi ils sont énervés et ceux qui sont là pour expliquer et convaincre. Mais notre action n’aura pas l’effet recherché si elle n’est pas préparée et coordonnée.»

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a