Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Pierre-Antoine Hildbrand (à g.) et Mathieu Blanc à Lausanne, 28 février 2016.
© JEN-CHRISTOPHE BOTT

Lausanne

«L’élection de la municipalité a été desservie par l’initiative UDC»

À Lausanne, le tandem PLR formé par Pierre-Antoine Hildbrand et Mathieu Blanc a échoué son pari, aucun des deux n’est élu au 1er tour des élections municipales. Leur analyse

Le PLR lausannois en parlait comme du «scénario catastrophe». Dimanche, l’alliance de gauche a été élue en bloc, ne laissant qu’une place au tandem PLR, non-élu au 1er tour. Pierre-Antoine Hildbrand et Mathieu Blanc arrivent respectivement 7 et 8e à l’élection de la municipalité lausannoise avec 24% des voix, loin derrière le bloc rose-rouge-vert. Pierre-Antoine Hildbrand devance d’exactement 80 voix Mathieu Blanc et devrait être élu tacitement. Réaction des deux juristes sur qui reposait l’espoir de la droite lausannoise.

Lire aussi : Lausanne en superstar de la gauche 

Le Temps: Comment expliquer le ratage de ce virage à droite pour la Ville de Lausanne?

Pierre-Antoine Hildbrand (PAH): Notre analyse, à chaud, repose sur la mobilisation de la population contre l’initiative de l’UDC. Le peuple s’est fortement mobilisé pour le scrutin fédéral et a voté très à gauche. Cette mobilisation pour les votes nationaux s’est ressentie dans l’élection de la Municipalité lausannoise et nous a desservis. Bien que le PLR ne se soit allié à l’UDC ni pour cette initiative, ni pour la Municipalité.

Mathieu Blanc (MB): Et les trois listes unies de gauche sont tellement fortes… Que vous preniez la fiche des Verts, des Socialistes ou des POP, vous avez ce même bloc de six noms.

Vous attendiez-vous à une telle défaite?

MB: Pas du tout, c’était notre scénario catastrophe. Nous espérions nous retrouver tous les deux au second tour contre le POP David Payot, qui a débuté sa campagne bien après nous. À ce moment-là, un vrai débat nous aurait permis de comparer nos programmes respectifs.

Vous avez fait le pari de vous présenter en tandem, aujourd’hui il ne reste qu’un siège à prendre. Qui reste?

MB: Pierre-Antoine [Hildbrand] a 80 voix de plus que moi, c’est le jeu. Même si c’est très serré: je sors.

Mathieu Blanc, votre carrière politique s’arrête-t-elle aujourd’hui?

MB: Je ne sais pas, je vais y réfléchir. Je suis fier d’avoir récolté 1500 voix de plus qu’il y a cinq ans, aux côtés d’Olivier Français.

Pierre-Antoine Hildbrand, le 7e siège de la Municipalité est-il pour vous?

PAH: L’UDC s’est retirée de la course [L’UDC avait annoncé se ranger derrière le candidat de droite le mieux élu si un tel scénario se produisait, ndlr]. Si les autres candidats font de même, je serais élu tacitement.

Quels dossiers risquent de pâtir du fait de n’avoir qu’un seul représentant de la droite?

PAH: Les transports, le logement et l’équité fiscale, notamment avec le dossier RIE III. Je ne m’étais pas préparé à devoir endosser seul la représentation de la droite à la Municipalité. Et je regretterai notre tandem: nous avons bien travaillé ensemble.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a