Au départ, la Verte Fabienne Fischer était partie pour confirmer l’adage «à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire». Mais avec le score impressionnant de Pierre Maudet au premier tour et l’arrivée surprise d’une fusée PDC, la jeune Delphine Bachmann, l’élection de la candidate de gauche au Conseil d’Etat genevois n’avait plus rien d’une balade de santé. Aussi, c’est rayonnante et humble qu’elle apparaît devant sa famille politique à l’annonce de sa victoire, qui la place largement en tête, avec 41,7%: «Je sais le risque des politiciens au pouvoir de se couper de la réalité des Genevoises et des Genevois. Je compte sur vous pour me le rappeler.»

La gauche a réussi son pari: faire basculer la majorité à l’exécutif pour la deuxième fois dans l’histoire récente du canton. Son unité a payé, la discipline de ses troupes s’est une fois encore manifestée, d’autant plus dans un climat électrique. Souffrant d’un déficit de notoriété, l’avocate de 59 ans, peu expérimentée en politique, a sans doute bénéficié de nombreux votes utiles pour faire barrage au sortant Pierre Maudet.